La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

June Events

June Events - Critique sortie Danse Paris Atelier de Paris – Carolyn Carlson
légende : Maud Le Pladec donne la première à Paris de Concrete, au festival June Events. © Konstanatin Lipatov

Publié le 28 mai 2016 - N° 243

Pour cette édition, le festival passe le cap des dix ans en poursuivant son déploiement au-delà du bel écrin de la Cartoucherie, et en favorisant de nouveaux types de rendez-vous pour la découverte de jeunes talents.

Venir à June Events, c’est s’offrir une bulle de danse, dans une clairière lumineuse de propositions, dont certaines ne demandent qu’à éclore. En témoignent les « Premières parties », ou comment profiter de sa venue pour découvrir de jeunes projets : Katerina Andreou, chorégraphe grecque formée à Athènes puis à Angers, livre les prémisses de son solo A Kind of fierce. Même chose pour Aurélie Berland, qui met ses qualités de danseuse et de notatrice Laban au service du Maure de José Limon. La japonaise Anan Atoyama prend elle aussi appui sur une grande figure de la danse – ici Kazuo Ohno – pour jouer entre le passé et l’instant présent. Les Alibis, proposé par Elodie Sicard, est quant à lui un spectacle abouti, développant en sept tableaux une danse au contact d’objets-sphères robotisés. Soutenues par le Centre de Développement Chorégraphique, ces quatre chorégraphes et danseuses entameront ensuite une discussion avec le public. Poursuivre la soirée à June Events c’est aussi se frotter à l’actualité chorégraphique la plus brûlante : Thomas Hauert et Mylène Benoît donnent chacun une création où la perception sensorielle est à l’épreuve des danseurs eux-mêmes, l’un avec le joyeux Inaudible, l’autre avec Aveuglement.

Des chorégraphes d’outre-Atlantique

Deux ensembles musicaux live sont particulièrement à l’honneur à travers deux projets emblématiques du lien danse-musique, mais cultivant pleinement leurs singularités : l’ensemble Alla Francesca, dans un répertoire français des XIIIè et XIVè siècle pour Nombrer les étoiles d’Alban Richard, et l’ensemble Ictus, avec une œuvre post-minimaliste américaine dans Concrete de Maud Le Pladec. Un des temps forts du festival restera sans doute la traversée « transatlantique » qui, dans le cadre de l’année franco-américaine Dance 2016, offre une visibilité à des artistes venus de New York et de Montréal. Ce n’est pas une première pour l’Atelier de Paris de collaborer avec le Québec, et on pourra découvrir la performeuse Dana Michel, dont le précédent solo Yellow towel figure dans le top dix des meilleurs spectacles du Time Out Magazine de New York. Dans Mercurial George, elle extirpe son corps d’un chaos d’objets, toujours en déséquilibre. Une archéologie de l’intime. Autre nouvelle venue : Moriah Evans, pour les premières en France de sa série Social Dance.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

June Events
du Vendredi 3 juin 2016 au Samedi 18 juin 2016
Atelier de Paris – Carolyn Carlson
Route du Champ de Manoeuvre, 75012 Paris, France

Tél. : 01 417 417 07. www.atelierdeparis.org


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse