La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Entretien Jean-Frédéric Neuburger

Une place au Louvre

Une place au Louvre - Critique sortie Classique / Opéra Paris Auditorium du Louvre
Jean-Frédéric Neuburger ouvre son « Portrait » au Louvre avec des œuvres de Ravel, en écho à son dernier enregistrement chez Mirare, le 8 janvier à 20h. © François Sechet

PIANO / MUSIQUE DE CHAMBRE / LOUVRE

Publié le 19 décembre 2013 - N° 216

Sept concerts dans différentes formules chambristes et de nombreux artistes invités dessinent un portrait du jeune pianiste français Jean-Frédéric Neuburger, 26 ans. Egalement compositeur, il interprète sa Sinfonia, pour deux pianos et percussions, avec Bertrand Chamayou (piano), Emmanuel Curt et Daniel Ciampolini (percussions).

« Présenter le piano entouré de multiples formations instrumentales. »

Quel est le principe qui vous a guidé pour bâtir cette programmation?

Jean-Frédéric Neuburger : J’ai voulu présenter le piano entouré de multiples formations instrumentales, du solo du «  piano roi » à l’orchestre, sans oublier les percussions, les cordes et mes propres œuvres Souffle sur les cendres et Sinfonia. Quand le Louvre m’a proposé d’ouvrir le cycle Friedrich Gernsheim, compositeur allemand passionnant, j’ai aussi apprécié de faire entendre  des répertoires peu joués, comme en 2005 lorsque j’avais participé à l’aventure de la « redécouverte de Louise Farrenc ».

Ces concerts sont intitulés « Jean-Frédéric Neuburger et ses amis ». Jouez-vous mieux avec vos amis?

Jean-Frédéric Neuburger : La réponse est « oui » car je n ‘aime pas jouer avec des artistes avec qui je n’ai ni affinités humaines ni partage de valeurs extra-musicales. De plus, je crois au pouvoir de la musique qui est d’unir sur la scène les êtres pour la transcender. Parfois je peux également me détacher d’un artiste avec qui je m’étais très bien entendu pour des questions purement musicales, mais cela ne change pas notre relation amicale, ni mon intérêt pour son travail musical.

Quel sens particulier donnez-vous au fait d’être à la fois interprète et compositeur ?

Jean-Frédéric Neuburger : J’ai toujours été compositeur. Ces deux activités sont différentes mais je les ai toujours pratiquées de pair car elles se nourrissent l’une l’autre. L’interprète ne peut pas être bon s’il n’a pas la capacité d’analyser le texte qu’il a à jouer. De plus, mon intérêt pour la création contemporaine associé à mon métier d’interprète me permet de contribuer à donner une place à la création auprès du grand public, notamment en province où elle est moins présente qu’à Paris. Je ne me sens heureux que dans ce bouillonnement d’activités.

 

Propos recueillis par Jean Lukas.

A propos de l'événement

Jean-Frédéric Neuburger
du Mercredi 8 janvier 2014 au Mercredi 22 janvier 2014
Auditorium du Louvre
Pyramide du Louvre, 75001 Paris
Concerts à 12h30 ou 20h. Tél. : 01 40 20 55 55. Places : de 6 à 32 €.   "Jean-Frédéric Neuburger et ses amis", avec le Quatuor Modigliani, Bertrand Chamayou, Sarah Nemtanu, Edgar Moreau, l’Ensemble Initium, Tatjana Vassiljeva, Pierre-Yves Hodique, Emmanuel Curt et Daniel Ciampolini.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra