La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Gros Plan

JAZZ SOUS LES POMMIERS

JAZZ SOUS LES POMMIERS - Critique sortie Jazz / Musiques Coutances
Crédit photo : Jimmy Katz Légende photo : Le 11 mai à 17h, le Théâtre Municipal de Coutances accueille le trio de l’impressionnant pianiste américain Vijay Iyer.

JAZZ / COUTANCES

Publié le 20 avril 2013 - N° 209

Pendant huit jours, l’événement normand propose un panorama excitant du jazz contemporain. Une 32e édition populaire et défricheuse, à l’image de ce festival majeur du paysage hexagonal. 

Difficile de faire son choix parmi les dizaines de concerts proposés en à peine une semaine. Si chaque année les grands noms du jazz se bousculent, de Charles Lloyd (4 mai) à Louis Sclavis (8 mai) en passant par Ravi Coltrane (7 mai), Gary Burton (9 mai) ou Avishai Cohen (10 mai), c’est aussi et surtout la nouvelle génération du jazz hexagonal qui anime cette semaine de musiques libres. A commencer par le fougueux et captivant saxophoniste-chanteur Thomas de Pourquery. Artiste résident de Jazz sous les Pommiers, ce pilier du MegaOctet d’Andy Emler et co-fondateur du quatuor dynamite DPZ présentera quelques-uns de ses nouveaux projets. Le dimanche 5 mai (14h30 et 15h30 à la salle Marcel Hélie), il dévoilera son côté crooner aux côtés d’une chorale de collège et de différentes composantes de l’Ecole de musique de Coutances. Une relecture de standards de Broadway comme de tubes de Stevie Wonder.

Faire exploser les clichés

Cinq jours plus tard, c’est au Magic Mirrors (20h30) que Thomas de Pourquery se fera « Viking » avec un aréopage de renversants musiciens transversaux (de Fred Pallem à Maxime Delpierre). Le 10 mai (Magic Mirrors, 12h30), les aficionados de voix qui sortent des sentiers battus pourront découvrir Leïla Martial. Lauréate en 2009 du premier prix de soliste au très select Concours national de jazz de la Défense, la Demoiselle fait exploser tous les clichés qui peuvent courir sur les divas jazz. Même jour, même lieu (mais à 0h30), Pulcinella fera monter la température de plusieurs degrés. Ces jeunes Toulousains mélangent les folklores des quatre coins du monde. Musette, pop, free jazz : ils dynamitent tout ce qu’ils touchent.

M. Durand

Rencontre avec Denis Le Bas

Quelle couleur spécifique avez-vous voulu donner à cette nouvelle édition?
Denis Le Bas : Ouvrez grand les oreilles, cette 32e édition verra se côtoyer des grands noms du jazz : Madeleine Peyroux, Charles Lloyd, Gary Burton, Joshua Redman, Avishai Cohen… avec ceux qui écriront le jazz de demain : Vijay Iyer, Gregory Porter, Emile Parisien, Anne Pacéo, Baptiste Herbin… Au menu également, des créations : dont celles de notre truculent résident, le jeune saxophoniste, qui, pour sa deuxième année de travail sur le territoire bas-normand, Thomas de Pourquery, qui, pour sa deuxième année de travail sur le territoire nous invite autour de deux projets qui mettront en avant ses talents de chanteur : « Crooner » et V!K!NG. Le jazz français sera évidemment mis à l’honneur avec l’hommage à Boby Lapointe de Jean-Marie Machado et André Minvielle, Louis Sclavis, Sylvain Beuf, ou encore la “Black Box” de Nicolas Repac… L’effervescente scène jazz européenne sera également présente avec Stefano di Battista et Danilo Rea, Nils Landgren, Ferenc Snétberger, Markus Stockhausen, Submotion Orchestra, John Surman pour un concert-évènement dans la cathédrale… Côté “musiques cousines”, de beaux moments en perspective avec Zakir Hussain, Seun Kuti, Vieux Farka Touré, Ladysmith Black Mambazo … et bien d’autres rendez-vous et surprises à découvrir à travers une programmation dense et éclectique. Le festival garde son cap et ses fondamentaux : il reste ambitieux et imaginatif et continue à distiller des jazz pour des publics.

Où en est le festival?
Denis Le Bas : Le festival a atteint sa maturité. Nous ne souhaitons pas l’agrandir pour conserver son côté convivial et sa dimension « à taille humaine ». Evidemment, comme pour tout le monde, le montage financier est difficile et chronophage. Nous comptons sur la fidélité du public et de nos partenaires pour maintenir le niveau. La recherche de mécénat reste une des rares possibilités de nouvelles recettes.

A Coutances, le festival est très ouvert aussi vers les muisciens amateurs, par exemple lors des concerts de big bands, mais aussi via certaines créations ou actions des artistes en résidence. Pourquoi est-ce important à vos yeux?

Denis Le Bas : C’est important car c’est un équilibre dans notre programmation aux côtés de grands noms du jazz, car nous jouons ainsi un rôle de médiation, de formation, important à nos yeux car c’est aussi valoriser les musiciens de la région et jouer d’une certaine façon un rôle de « stimulant ». Pour ces big-bands, ateliers, classes de jazz, d’écoles de musique ou non, le festival est un tremplin, une motivation évidente pour les jeunes ou moins jeunes de se produire dans des conditions quasi professionnelles devant un public toujours aussi fidèle. Cette fidélité est d’ailleurs partagée puisque beaucoup d’entre eux souhaitent revenir chaque année se produire sous nos pommiers !

Parlez-nous de Thomas de Pourquery, votre artiste en résidence, du déroulement de cette collaboration rapprochée, de ses projets 2013 et à venir…

Denis Le Bas : Thomas de Pourquery est notre artiste en résidence sur 3 ans. Une résidence « longue durée »… C’est très clairement une autre manière de travailler, à l’opposé de la simple diffusion. La possibilité de construire des projets dans le temps, de contribuer à son développement de carrière, d’inventer avec lui des créations, des formes nouvelles… Cette résidence se décline sous trois volets : création, formation & médiation et enfin diffusion. Il nous présentera sur cette édition deux créations : « Crooner » avec une centaine de musiciens amateurs sur les grands standards et V!K!NG son projet pop-jazz à travers lequel nous découvrirons une autre facette du personnage. Il nous dévoilera aussi ses 5 cd préférés lors d’une rencontre à la médiathèque, et se révèlera à travers un film-documentaire réalisé par Fred Poulet, etc…

Et si vous deveniez d’un seul coup spectateur de votre festival, et que vous ne pouviez assister qu’à un seul concert, lequel choisiriez-vous?
Denis Le Bas : Mon choix irait vers The Syndicate « Hommage à Joe Zawinul » car ce groupe croise le jazz-rock, le funk, les racines africaines qui correspondent à une bonne partie de mes préférences musicales, car Joe Zawinul est un compositeur extra-ordinaire. J’aime ce jazz joyeux joué par une très solide bande de gaillards (avec une mention spéciale pour Paco Sery et Emile Parisien).

Propos recueillis par Jean-Luc Caradec

A propos de l'événement

JAZZ SOUS LES POMMIERS
du Samedi 4 mai 2013 au Samedi 11 mai 2013


Du samedi 4 au samedi 11 mai. Tél. : 02 33 76 78 50. www.jazzsouslespommiers.com

x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques