La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La musique Baroque en France

Tension chez les souffleurs

Tension chez les souffleurs - Critique sortie
Légende : Deux modèles de trompettes naturelles : au-dessus, sans trou ; en-dessous, avec trous. DR.

Publié le 10 juillet 2008

Tension chez les souffleurs

Les trompettistes baroques s’interrogent sur l’instrument le mieux approprié pour le répertoire historique.

Avec ou sans trous ‘ Telle est l’interrogation numéro un des joueurs de trompette baroque. « Il n’y a jamais eu de trou sur les trompettes anciennes », affirme Jean-François Madeuf, considéré comme un « puriste » dans la profession. C’est effectivement dans les années 1960 que des trous sont apparus sur les trompettes anciennes. « Cela facilite le jeu, explique le trompettiste Thibaud Robinne, qui joue des instruments avec et sans trou. La justesse est meilleure et plus tempérée. » L’évolution des trompettes vers l’ajout de trous vient d’ailleurs de la professionnalisation du secteur : pas question, aujourd’hui, de mettre des « couacs » sur des disques ou même en concert. Mais Jean-François Madeuf note que « la couleur de la trompette sans trous se marie mieux avec les timbres des violons et des hautbois et permet une articulation plus définie ». Thibaud Robinne le dit sans détour : « Si les chefs veulent des trompettes sans trou, ils doivent accepter le risque d’accidents ». Actuellement, la majorité des trompettistes européens privilégie les instruments à trous, même si, pour Thibaud Robinne, « il faut laisser faire chaque musicien et éviter les extrêmes ».

A. Pecqueur

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant