La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La saison classique en France

Les musiciens à la rencontre du jeune public

Les musiciens à la rencontre du jeune public - Critique sortie
Photo : L’ONDIF à la conquête de nouveaux publics

Publié le 2 octobre 2009

Reportage avec des membres de l’Orchestre National d’Ile-de-France pendant une action pédagogique en banlieue parisienne.

Très souvent, lors des concerts « scolaires », les élèves sont dans la salle et les musiciens sur scène. Au Théâtre Claude-Debussy de Maisons-Alfort, changement de situation : artistes et enfants se partagent le plateau pour créer un spectacle ensemble. En ce début d’après-midi, place à une relecture du célèbre conte de L’Oiseau de feu par les élèves de la classe de CM1 de l’Ecole Condorcet de Maisons-Alfort. Dans leurs costumes de princes et de princesses, les enfants récitent, chantent et dansent. Depuis les changements de décors jusqu’au rôle du souffleur, rien n’est laissé au hasard. Et les enfants sont tous réjouis de cette expérience. « C’est un événement pour nous ! », clame le petit Hugo. De son côté, Lucile jubile : « Nous avons pu adapter le conte nous-mêmes, alors que très souvent nous devons prendre des textes déjà écrits », tandis que François avoue : « Ce spectacle nous a fait perdre notre timidité en nous donnant confiance en nous. » Ce qui fait par ailleurs l’unanimité dans le spectacle, c’est la musique, « remplie d’émotions », comme le dit joliment Thomas. La partie musicale incombe à deux solistes de l’Orchestre National d’Ile-de-France (ONDIF) : la violoniste Maryse Thiéry et le contrebassiste Didier Goury. Au programme, des arrangements de L’Oiseau de feu de Stravinsky bien sûr mais aussi des transcriptions de Daphnis et Chloé de Ravel, ou encore une adaptation de la musique de La Guerre des étoiles. Les musiciens soulignent l’approche « personnalisée » de ce type d’action. « Il y a un véritable échange entre les élèves et nous », affirme Maryse Thiéry, qui ne regrette pas de « replonger en enfance ! » De son côté, Didier Goury met en avant l’« aspect créatif du spectacle, avec son invention d’effets sonores et de bruitage ».
 
Une véritable aventure collective
 
Mais la « chef d’orchestre » de cet Oiseau de feu est sans conteste Catherine Couvert. Maîtresse de la classe de CM1, cette femme énergique, alliant autorité et douceur, a conçu la mise en scène du spectacle. « Cette expérience a créé une véritable cohésion de groupe », précise l’enseignante, en insistant également sur l’important travail fourni par les parents, notamment pour les décors. Quant aux costumes, ils ont été réalisés par la gardienne de l’école ! Une véritable aventure collective, qui n’était pourtant pas gagnée d’avance. « C’est une classe faible. Certains savent à peine lire et écrire », soupire Catherine Couvert. « Mais ce projet leur a permis d’améliorer leurs capacités », poursuit l’enseignante, convaincue que « s’il n’y a pas de culture, il n’y a pas d’enseignement ». L’Orchestre National d’Ile-de-France a été récemment sélectionné par le magazine anglais Gramophon parmi les « 10 most inspiring orchestras », à savoir ceux qui développent une vraie politique éducative et sociale. L’ONDIF se retrouve ainsi dans un palmarès prestigieux, aux côtés du Berliner Philharmoniker de Simon Rattle ou du West-Eastern Divan Orchestra de Daniel Barenboim.
 

Antoine Pecqueur

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant