La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La musique Baroque en France

Anne Blanchard / Beaune, une directrice engagée

Anne Blanchard / Beaune, une directrice engagée - Critique sortie
photo : Anne Blanchard

Publié le 10 juillet 2008

Anne Blanchard /
Beaune, une directrice engagée

Ancienne professeur d’histoire, Anne Blanchard dirige, depuis sa création en 1983, le Festival d’opéra baroque de Beaune.

Son visage est familier des habitués des salles de concert parisiennes. Directrice du Festival de Beaune depuis vingt-quatre ans, Anne Blanchard est peut-être la plus fidèle « abonnée » du Théâtre des Champs-Elysées ou de la Cité de la musique. « Ce qui me passionne le plus, c’est de dénicher des artistes », avoue-t-elle, avant de rappeler : « A Beaune, nous avons fait découvrir des chanteurs comme Sara Mingardo ou Renata Pokupic. Certains organisateurs musicaux font d’ailleurs leur marché à Beaune, comme ceux du théâtre le font à Avignon. » C’est par la voix qu’Anne Blanchard elle-même est venue à la musique. « Depuis mon enfance, je chante. D’abord en famille, puis dans les chorales de lycée, à la faculté, se souvient-elle. Mon plus grand choc musical a d’ailleurs été de découvrir, lors de mes années de prépa, la voix céleste d’Alfred Deller. » Mais pour cette fille de militaire, il était inenvisageable de faire carrière dans une discipline artistique. Elle sera ainsi professeur d’histoire, en banlieue parisienne. C’est son amour du patrimoine qui l’a motivée à créer, avec son mari, Kader Hassissi, un festival d’opéra baroque dans l’un des plus beaux sites architecturaux de Bourgogne, les Hospices de Beaune. Quand la manifestation naît, le renouveau de la musique ancienne n’en est qu’à ses balbutiements. « J’étais convaincue que ce n’était pas une mode mais une lame de fond. J’étais persuadé qu’il faudrait désormais compter avec les recherches stylistiques, organologiques. » L’été dernier se sont succédés à Beaune les plus grands noms de la musique ancienne, de Marc Minkowski à Andreas Scholl. Pour Dominique Meyer, le directeur du Théâtre des Champs-Elysées, « Anne Blanchard est quelqu’un qui a un amour sincère pour la musique ancienne. Elle ne surfe pas sur la tendance. Elle a par ailleurs le courage de monter des œuvres qui n’avaient pas été données depuis deux ou trois siècles. Jamais elle n’imite, et c’est ainsi qu’elle forme le goût du public et ne le déforme pas. »
 
Moyens financiers
 
Être directrice de festival n’est cependant pas de tout repos. La programmation se heurte en effet à des logiques implacables. « Il est de plus en plus difficile de trouver des chanteurs, car les bons ne sont pas nombreux et il y a beaucoup de concerts de musique ancienne, remarque Anne Blanchard. De plus, les agents se sont mis sur le créneau, alors qu’au début, ils ne s’intéressaient pas aux voix baroques. » Les cachets de certains chanteurs ont atteint des montants inabordables pour le festival de Beaune. Les moyens financiers sont un souci constant pour Anne Blanchard, qui ne comprend pas pourquoi son festival n’est pas soutenu directement par l’Etat. « Nous n’avons pas eu à Beaune de ministre qui défendait nos idées à Paris », regrette-elle. C’est ainsi que de nombreux projets doivent rester dans les cartons, comme la création d’un festival « off », ou la construction d’une salle en dur, qui aurait permis de donner des version scéniques des opéras, toujours présentés en concertantes. « L’Etat a attribué des crédits aux collectivités locales, mais leur champ d’action est tellement vaste, qu’elles sont surchargées », constate Anne Blanchard. On la sent également un peu amère quand elle relate son échec pour obtenir le poste de directeur de l’Opéra comique de Paris. Elle n’attendrait pourtant que cela : obtenir la direction d’une salle nationale, qu’elle assurerait en parallèle à celle du Festival de Beaune. Un défi de plus pour cette autodidacte infatigable.

A. Pecqueur

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant