La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Foucault 71

Foucault 71 - Critique sortie Théâtre
© Gérard Nicolas Engagement dans l’espace public et théâtralité

Publié le 10 janvier 2011 - N° 184

Le Collectif 71 élabore un feuilleton théâtral en trois épisodes fondé sur la figure, l’engagement dans la vie publique et l’œuvre de Michel Foucault. Un théâtre que nous avons envie de voir !

Le collectif F71, créé au sein du Jeune Théâtre National en 2004, a ceci de particulier qu’il fonde son travail scénique, feuilleton théâtral en trois épisodes, sur l’œuvre et la figure du philosophe Michel Foucault.  « Ce n’est pas seulement une question de compréhension ou d’accord intellectuel, mais d’intensité, de résonance, d’accord musical » ainsi que le souligne Gilles Deleuze cité par les artistes. Forts de la circulation des idées et de l’échange des rôles que permet une organisation collective, les jeunes ont ressenti que la pensée de Foucault leur était adressée. « Il nous donne des clés pour interroger nos propres manières de voir. Réveiller le regard, c’est bien redonner à chacun la part active qu’il peut prendre au monde. » disent-ils. Et faire théâtre de cette œuvre implique la mise en forme subjective d’un lien particulier avec le public, à la fois intelligible et sensible. Une entreprise extraordinairement stimulante !

Le pouvoir des mots

Le premier volet, Foucault 71, salué en 2009 par le prix du jury du festival Impatience aux Ateliers Berthier du théâtre de l’Odéon, explore diverses formes d’engagement dans la vie publique à travers trois actions du philosophe en 1971 : la création du Groupe d’Information sur les Prisons, pour dénoncer les conditions de vie des détenus, le combat pour mener au sein d’une commission une contre-enquête sur le passage à tabac par la police du journaliste au nouvel Observateur Alain Jaubert, la mobilisation au sein du comité Djellali suite au meurtre du jeune Algérien de quinze ans par son concierge dans le quartier de la Goutte-d’Or. Le collectage et l’assemblage des prises de parole publique ainsi que la formidable énergie des comédiens dressent un portrait vigoureux du militantisme des intellectuels de l’après-mai 68. Le second volet, La Prison, porte sur le fonctionnement de la prison en tant qu’institution et se réfère bien sûr principalement à Surveiller et punir. Le troisième opus, Qui suis-je, maintenant ?,  librement écrit à partir d’un texte de Foucault de 1977, La Vie des hommes infâmes, met en scène une collection foisonnante de personnages ordinaires, de diverses époques, en but au pouvoir politique. Ce texte se présente comme une préface d’un livre à paraître (jamais écrit) constituant une « anthologie d’existences » à ce point de collision entre hommes de la rue et pouvoir. L’occasion d’explorer le pouvoir des mots…

Agnès Santi


Foucault 71 par le collectif F71, Sabrina Baldassara, Stéphanie Farison, Emmanuelle Lafon, Sara Louis, Lucie Nicolas, du 12 janvier au 6 février, les mercredis à 20h30 Épisode 0, Foucault 71, les jeudis à 20h30 Épisode 1 La prison, les vendredis à 20h30 et les dimanches à 16h Épisode 2 Qui suis-je, maintenant ; les samedis à 16h intégrale, au Théâtre de l’Aquarium, Cartoucherie, 75012 Paris. Tél : 01 43 74 99 61.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre