La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -287-Le Théâtre de Nîmes

Une saison qui allie coups de cœur et temps forts, rencontre avec François Noël

Une saison qui allie coups de cœur et temps forts, rencontre avec François Noël - Critique sortie  Nîmes Théâtre de Nîmes
François Noël @ Sandy Korzekwa

Publié le 22 septembre 2020 - N° 287

À la tête du Théâtre de Nîmes depuis 2019, François Noël présente une saison foisonnante, marquée par de nombreux temps forts.

Comment va le Théâtre de Nîmes ? Quel est l’impact de la crise sanitaire sur cette nouvelle saison ?

François Noël : Le Théâtre de Nîmes va bien. Nous avons réussi à boucler la saison dernière en honorant tous nos contrats, en payant tous les artistes, techniciens, etc. Nous sommes sereins. Mais la crise sanitaire a un impact sur la saison qui s’ouvre puisque j’ai dû la réorganiser, la rentrée étant incertaine. Nous devions ouvrir avec l’intégrale des neuf symphonies de Beethoven par Les Siècles de François-Xavier Roth. J’ai préféré décaler cet évènement à février, même si nous ne serons plus dans l’année du 250ème anniversaire. L’annulation éventuelle d’un tel programme aurait eu un impact économique quasi insupportable. J’ai donc privilégié pour le premier semestre des petites formes, à la fois au Théâtre Bernadette Lafont et à l’Odéon. Cela nous permet d’être plus souple, de pouvoir gérer des demi-jauges, de modifier des dates si nous devons le faire.

Quels sont les temps forts de cette nouvelle saison ?

F.N. : L’intégrale des neuf symphonies de Beethoven est évidemment un temps fort. C’est un vrai voyage dans l’œuvre du compositeur qui s’étend sur quatre jours. Outre bien sûr le festival de flamenco, il est aussi très important pour moi d’accueillir Olivier Dubois comme nouvel artiste associé avec sa prochaine création Itmahrag. Il succèdera à Emmanuelle Huynh, qui est présente avec sa dernière pièce Nuage. J’attends également avec impatience l’adaptation du Docteur Jivago par Dan Jemmett ou le spectacle de Bruno Geslin, Le feu, la fumée, le soufre qui est une libre interprétation d’Edouard II de Christopher Marlowe. Parmi les moments un peu particuliers, nous allons reprendre en fin de saison le Phèdre nu de Jean-Michel Rabeux, qui est un travail singulier, extrêmement intéressant, avec une très belle distribution. La venue du Ballet de l’Opéra de Lyon est elle aussi toujours un grand moment. Enfin, nous présentons Cuckoo, le spectacle d’un jeune auteur et metteur en scène très habile qui s’appelle Jaha Koo. Il y dialogue avec son cuiseur à riz, ustensile de cuisine de base en Corée. C’est à la fois drôle et très critique vis-à-vis de la société coréenne, il y déploie un propos politique incisif et réalise un joli travail d’écriture et d’interprétation. Cette saison est comme toujours éclectique et foisonnante. Comme je ne me fixe aucune politique de quotas et programme de façon subjective en fonction de ce que j’ai découvert et apprécié, il m’est difficile de faire un choix, j’aime tout ce que nous présentons.

« Je programme de façon subjective en fonction de ce que j’ai découvert et apprécié. »

Et qu’en est-il des productions déléguées ?

F.N. : Patrice Thibaud continue de tourner avec ses quatre spectacles Cocorico, Fair-Play, Franito et Welcome. Il commence également à travailler sur sa prochaine pièce Coyote, pour laquelle il aura une longue résidence de création au printemps prochain avant d’être à l’affiche au théâtre de Nîmes en novembre 2021. Dan Jemmett quant à lui poursuit avec la compagnie Les Monstres de Luxe les tournées de Je suis invisible ! et crée son adaptation du Docteur Jivago.

Propos recueillis par Delphine Baffour

A propos de l'événement

Théâtre de Nîmes
1 place de la Calade, 30000 Nîmes.

Tél. 04 66 36 65 00. www.theatredenimes.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant