La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -244-Orchestre Colonne

Nouveau départ pour l’Orchestre Colonne

Nouveau départ pour l’Orchestre Colonne - Critique sortie Classique / Opéra  Salle Colonne
Légende : Laurent Petitgirard © J.-F. Leclercq

ENTRETIEN

Publié le 27 mai 2016 - N° 244

Le directeur musical de l’Orchestre Colonne, dont le contrat a été renouvelé jusqu’en 2020, évoque les circonstances et les enjeux de l’installation à la Salle Wagram.

Comment l’opportunité s’est-elle présentée ?

Laurent Petitgirard : Nous avions organisé à la Salle Wagram un concert-événement pour la Sacem il y a quelques années – c’est ce que nous appelons les soirées « cœur-orchestre », des concerts privés où le public est placé aux côtés des musiciens. Pascal Henry, le président d’Eurosites, propriétaire des lieux, s’est montré tout de suite très enthousiaste vis-à-vis de cette démarche. Je lui ai alors proposé d’aller plus loin et de lancer une saison symphonique à Wagram et nous nous sommes mis d’accord sur une saison d’une dizaine de week-ends. Eurosites est pour nous beaucoup plus qu’un mécène : c’est un partenaire, un coproducteur qui nous permet de reconstruire la saison de l’orchestre sur des bases saines.

Laurent Petitgirard : « Je suis heureux d’offrir à la musique classique un nouveau lieu »

Qu’est-ce que cela va changer pour l’orchestre ?

L. P. : Notre arrivée replace l’Orchestre Colonne dans une position de visibilité. Depuis la fermeture de la Salle Pleyel, nous n’avions plus de lieu de concert identifié. Durant la saison qui s’achève, nous avons joué dans six salles différentes ! Nous allons désormais donner tous nos concerts symphoniques – y compris les concerts éveil destinés au jeune public – à la Salle Wagram. Je suis aussi heureux d’offrir à la musique classique un nouveau lieu, une salle magnifique, avec une acoustique de rêve et profondément inscrite dans l’histoire de la musique à Paris : c’est là qu’ont enregistré Karajan, la Callas, Samson François et tant d’autres. J’y ai moi-même enregistré Jeanne au bûcher d’Honegger. Mais elle n’avait jamais été un lieu de concert.

Y a-t-il eu des aménagements particuliers ?

L. P.: Oui. Nous avons par exemple fait construire un podium pour le piano, il a fallu aussi repenser le système des loges ainsi que prendre en compte les temps d’installation et de désinstallation car c’est une salle qui est occupée par d’autres activités tout au long de la semaine.

La programmation va-t-elle évoluer ?

L. P. : La jauge de la Salle Wagram – environ 720 personnes – est plus réduite qu’elle ne l’était à Pleyel. Nous allons donc doubler les concerts, le vendredi et le samedi soir. Cela veut dire aussi que nous allons jouer avec 75 musiciens plutôt que 100 ; jouer ici le Sacre du printemps ne serait peut-être pas très raisonnable. En revanche, j’ai voulu conserver l’audace de jouer une œuvre de musique contemporaine à chaque concert. Il s’agit vraiment d’audace car c’est toujours un risque, en termes de box-office. C’est pourquoi j’ai programmé en parallèle les grandes œuvres du répertoire : les concertos de Beethoven, Tchaïkovski, Chopin, Liszt… Nous devons retrouver et fidéliser notre public, établir avec lui une relation de confiance mutuelle. À partir de là, nous pouvons être plus audacieux, mais sans brusquerie, avec beaucoup de patience.

 

Propos recueillis par Jean-Guillaume Lebrun

 

 

Orchestre Colonne

Salle Colonne

94 boulevard Auguste Blanqui

75013 Paris

 

Tél. : 01 42 33 72 89

www.orchestrecolonne.fr

A propos de l'événement

Orchestre Colonne
Salle Colonne
94 Boulevard Auguste Blanqui, 75013 Paris, France

Tél. : 01 42 33 72 89


www.orchestrecolonne.fr


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra