La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -212-Odéon ~ Théâtre de l’Europe

Le papier peint jaune

Le papier peint jaune - Critique sortie Théâtre Paris ATELIERS BERTHIER
Légende : Une femme au bord de la folie, menacée par l’incompréhension des hommes.

Ateliers Berthier 17e / De Charlotte Perkins Gilman / mes Katie Mitchell

Publié le 22 août 2013 - N° 212

Entrelaçant et démultipliant les effets du théâtre et du cinéma, Katie Mitchell met en scène Le Papier peint jaune, nouvelle de Charlotte Perkins Gilman (1860-1935), fiction  créée à partir de la dépression post-natale qui a frappée l’auteur. 

Comme le montrent ses choix de mises en scène – tels Mademoiselle Julie d’après Strindberg ou Voyage à travers la Nuit  d’après Friederike Mayröcker – et son goût pour des auteurs tels que Martin Crimp ou bien entendu la grande Virginia Woolf, c’est, au-delà du langage et des apparences, la pensée qui intéresse Katie Mitchell : la pensée intérieure et en mouvement, l’univers mental nourri d’une multitude d’émotions et de réflexions. Une ambition élevée, et un exercice difficile à mettre en œuvre sur une scène ! Elle utilise pour cela des moyens techniques sophistiqués savamment agencés, et accorde une place prépondérante à la vidéo, aux images captées et projetées. Malgré de récentes traductions, Le Papier peint jaune (1892) de Charlotte Perkins Gilman (1860-1935), écrivain prolifique et l’une des principales militantes de la cause féministe au tournant du XXème siècle, demeure un texte méconnu. Cette nouvelle se fonde sur une dépression post-natale qui a bouleversé l’auteur, et qui a été traitée  de façon brutale et  grossière par le pouvoir médical et masculin.  Toute « stimulation mentale » qui risquerait d’ébranler sa « faible cervelle » de femme lui a été interdite, en conformité avec le repos requis par son affliction.

Tableau d’une douleur

De cette période malheureuse, l’auteure a créé un récit sous forme de journal intime tenu par une jeune mère souffrant de dépression post-partum, que son mari enferme dans une pièce au papier peint jaune à motifs. Le texte introspectif porte aussi une dimension étrange et fantastique suscitée par « l’influence pernicieuse » du papier, dont « le motif pend comme une nuque brisée et où deux yeux bulbeux vous fixent à l’envers ». L’héroïne est ici dédoublée : ses pensées sont énoncées à voix haute par Ursina Lardi ; son corps, ses gestes, ses émotions sont confiés à Judith Engel, qui joue avec la scène et la caméra pour composer « le saisissant tableau d’une douleur ». Outre les carcans qui emprisonnent les femmes, la pièce met en lumière la menace de la folie, la nature de cette souffrance féminine et les contours d’une aliénation cruelle.

Agnès Santi

A propos de l'événement

Le papier peint jaune
du Vendredi 20 septembre 2013 au Jeudi 26 septembre 2013
ATELIERS BERTHIER
1 rue André Suarès, 75017 Paris
Odéon – Théâtre de l’Europe. Théâtre de l’Odéon, Place de l’Odéon, 75006 Paris.  Ateliers Berthier, 1 rue André Suarès, 75017 Paris. Tél : 01 44 85 40 40. www.theatre-odeon.eu
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre