La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -149-Domaine départemental de Chamarande en Essonne / Spectacles gratuits en plein air

Entretien Yves-Noël Genod : jeux d’eau

Entretien
Yves-Noël Genod : jeux d’eau - Critique sortie Danse

Publié le 10 juin 2006 - N° 139

Curieux olibrius qui aime s’afficher en fripes Dior et veste à paillettes,
Yves-Noël Genod manie l’ironie et le kitsch, l’affectation demi-mondaine et
l’esthétique fauchée avec un art consommé de la (fausse ?) désinvolture. Acteur
notamment chez Claude Régy, Xavier Marchand et François Tanguy, danseur chez
Loïc Touzé, il s’est reconverti en expert ès impostures passablement déjantées
et « non-spectacles » acerbes, traversés de fantasmes à moitié assumés de
show-business, de télé, de variétés, de comédies musicales. Pour Chamarande, il
va créer Le nouveau monde, nouvel opus non calibré d’une improbable saga.


Comment allez-vous jouer avec le lieu ?

Yves-Noël Genod : Le Buffet d’eau, fontaine constituée de bassins sur
deux niveaux, offre un décor extraordinaire, une scène idéale pour faire un
concert, danser et jouer dans l’eau ! J’adore cet élément. Je me souviens d’Arien,
pièce magnifique de Pina Bausch, qui racontait une histoire d’amour dans vingt
centimètres d’eau entre une jeune femme et un hippopotame, mais aussi d’Anita
Ekberg dans la Dolce Vita? Récemment, j’ai vu Platée, ballet
bouffon de Rameau, où Jupiter s’éprend de la reine des grenouilles. Peut-être
vais-je m’en inspirer? D’ailleurs, « Une grenouille à l’opéra » ferait un
meilleur titre? Ce lieu suscite beaucoup d’idées ! Par exemple des costumes du
18ème siècle revus par les années 70, des musiques de Polnareff?

Quels sont vos invités pour ce spectacle ?

Y.-N. G. : Le boy?s band Saint-Augustin et bien d’autres invités
que je choisirai au fil des rencontres durant la phase de répétition. J’aime
partir d’un espace et laisser filer mon imaginaire, bifurquer au gré du hasard,
des objets que je trouve sur ma route, des ?uvres que je vois, des
improvisations avec les artistes, des contraintes matérielles, etc. En fait, je
préfèrerais avoir la liberté de ne rien prévoir avant de débuter le travail pour
jouir pleinement du pur plaisir d’improviser un spectacle. Ces rencontres, qui
forgent peu à peu la forme finale, sont les plus vraies car elles relèvent de
l’inconscient, de la poésie.

« J’essaie de toucher le spectateur au-delà de la rétine ou du jugement. »

Le show-biz est un genre que vous revisitez beaucoup. Qu?est-ce qui vous y
intéresse ?

Y.-N. G. : J’aime toutes les formes de spectacles et le show en
particulier parce qu’il fonctionne sur des signes très clairs et procure un
plaisir immédiat, c’est-à-dire qui n?est pas dégrisé par le filtre de
l’intellectualisation. Aujourd’hui, la plupart des pièces de théâtre parle du
malheur plutôt que du bonheur. Même si une nostalgie et une dérision filtrent,
malgré moi, mes performances affichent pleinement l’illusion théâtrale, le
plaisir du jeu, du travestissement, du détournement des codes. J’assume mon goût
pour la représentation, le strass et mon côté clown, parfois pitoyable.
Peut-être est-ce une réaction en opposition à mon parcours. J’essaie de trouver
un système, une ruse, pour piéger les possibilités de sensations chez le
spectateur, pour le toucher au-delà de la rétine ou du jugement, à l’endroit où
surgissent des images, des émotions, des sentiments qui ne sont pas encore
étiquetés par la réflexion.

Propos recueillis par Gwénola David

Le nouveau monde, d’Yves-Noël Genod. Le 9 juillet à partir de 15h30.

A propos de l'événement



Saison culturelle 2006


Domaine départemental de Chamarande


Centre artistique et culturel


38, rue du Commandant Arnoux


91730 Chamarande


Renseignements : 01 60 82 52 01



www.chamarande.essonne.fr

x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse