La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -207-Biennale de danse du Val~de~Marne

Entretien Josef Nadj

Entretien Josef Nadj - Critique sortie Danse Fontenay-sous-Bois Salle Jacques Brel
Crédit photo : Jean-Louis Fernandez

Les Corbeaux & Ozoon /
Chorégraphie de Josef Nadj

Publié le 1 mars 2013 - N° 207

Dire notre animalité

Josef Nadj ouvre la Biennale du Val-de-Marne avec Ozoon, création qui fouille le geste au plus intime pour desceller l’animalité enfouie au cœur de chacun.

« Faire jaillir une essence presque archaïque du geste. »

Dans Wilder Mann, le photographe Charles Fréger témoigne d’un rituel pratiqué en hiver en Europe. Comment ces images vous ont-elles inspiré pour créer Ozoon ?

Josef Nadj : Elles ont ouvert un chemin de recherche sur la figure du sauvage, que nous avons ensuite poursuivi en une exploration de notre physicalité même et de la transformation. Comme toujours chez moi, des lectures, notamment Le Versant animal de Jean-Christophe Bailly ou Le Devenir animal de Deleuze, ont nourri la réflexion. Les traditions que dévoilent Charles Fréger nous sont devenues presque inconnues et renvoient à une condition dont l’urbanité nous a éloignés. Comment retrouver dans notre mémoire enfouie les traces de ces expériences qui nous semblent désormais très lointaines car primitives ? Nous avons cherché en nous, intimement, cette origine, fouillé nos actes et développé une sorte de rituel pour redécouvrir notre rapport à la danse et faire jaillir une essence presque archaïque du geste.

L’animalité rôde dans vos dernières créations… Dans Les Corbeaux, votre corps enduit de peinture noire devient pinceau et laisse des traces sur le papier.

J. N. : Ozoon prolonge la recherche ouverte avec Les Corbeaux tout en traversant de nouveaux questionnements et partages puisque nous sommes plusieurs sur scène. Nous essayons de cueillir la force collective de cinq hommes dans une petite arène. La performance Les Corbeaux relève d’un geste pictural, tandis qu’Ozoon repose sur une dramaturgie musicale et établit une connivence entre les gestes des danseurs et des musiciens.

Ozoon se déroule sur une scène circulaire. Qu’apporte cet espace scénique ?

J. N. : Cette proximité me permet de travailler non sur le spectaculaire mais sur le détail, sur la profondeur du geste et de l’image. Un tel espace permet au public de ressentir autrement ce qui se joue.

 

Entretien réalisé par Gwénola David

A propos de l'événement

Les Corbeaux & Ozoon
du Jeudi 21 mars 2013 au Dimanche 14 avril 2013
Salle Jacques Brel
164 Boulevard Gallieni, 94120 Fontenay-sous-Bois
Ozoon, le 21 et le 22 mars 2013 à 20h30, Salle Jacques Brel, 164 Boulevard Gallieni, 94120 Fontenay-sous-Bois, tél. : 01 71 33 53 35 ; puis le 13 avril à 21h et le 14 avril à 16h, Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, 1 place Jean-Vilar, 94400 Vitry-sur-Seine, tél. : 01 55 53 10 60 ; Les Corbeaux, le 2 avril 2013, à 20h30, Théâtre Gérard Philipe, 54, boulevard du Château, 94500 Champigny-sur-Marne, tél. : 01 48 80 05 95.

17e Biennale de Danse du Val-de-Marne. Du 21 mars au 20 avril. Tél : 01 56 34 09 75. alabriqueterie.com
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse