La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -179-chaillot

ANGELIN PRELJOCAJ

ANGELIN PRELJOCAJ - Critique sortie Danse

Publié le 10 juin 2010

LA DANSE OU L’ART DU DEVOILEMENT

LE CHOREGRAPHE ANGELIN PRELJOCAJ RELANCE SANS CESSE L’ENJEU DE LA CREATION. DANS LE CADRE DE L’ANNEE FRANCE-RUSSIE, IL REUNIT DES DANSEURS DU BALLET PRELJOCAJ ET DU BOLCHOÏ POUR TRAVERSER L’APOCALYPSE DE SAINT-JEAN.

«Contacté par le Théâtre du Bolchoï pour envisager une collaboration sur Blanche-Neige, ma précédente création, je suis allé voir les danseurs. J’ai alors été frappé par leur spécificité, qui rejoint des qualités que je cherche chez les interprètes : très instinctifs, ils savent faire oublier la difficulté de l’exécution technique et possèdent un naturel du mouvement, de l’inscription dans l’espace. Ils laissent transparaître dans la chair ce jaillissement de l’âme qui fait l’essence de la danse. L’idée est née d’engager un processus de création en commun. J’ai sélectionné dix personnes de chaque troupe et choisi l’Apocalypse de Saint-Jean pour trame. Pour moi, ce texte ne parle pas de la fin du monde ou de cataclysme. Selon l’étymologie grecque – de « apo », ôter, et « kalyptein », le voile, « apocalypse » signifie « dévoiler », ce qui m’a amené à réfléchir sur la renaissance puis la révolution. Or, la révolution a profondément marqué, certes différemment, l’histoire de la France comme celle de la Russie. Cette expérience offre un point de convergence. Pour aborder ces thématiques, j’ai demandé au plasticien Subodh Gupta de réaliser la scénographie : il crée ses œuvres avec des ustensiles dont les Indiens se servent tous les jours et révèle ainsi les identités culturelles cachées dans les rituels quotidiens. C’est le rôle de l’artiste de dévoiler cet inframonde. Laurent Garnier, compositeur techno, travaille à sa façon sur le rituel moderne. Dans ses concerts, la musique pénètre les corps et provoque des mouvements, des sensations proches de la transe. Le processus de création se déroule vraiment dans l’échange. Durant deux mois, les danseurs du Bolchoï viennent chez nous, à Aix-en-Provence, partager notre quotidien, puis nous irons deux mois en résidence à Moscou. Ce déplacement génèrera des chocs, des translations et des émotions qui nourriront aussi la création.»

Propos recueillis par Gwénola David


 
Création 2010, chorégraphie d’Angelin Preljocaj, du 1er au 22 octobre 2010.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse