La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Didon et Enée

Didon et Enée - Critique sortie Classique / Opéra
Crédit photo : Christophe Raynaud de Lage Légende photo : Le Théâtre de la Mezzanine revisite Purcell.

Publié le 10 janvier 2011 - N° 184

Denis Chabroullet installe l’opéra de Purcell dans les sous-sols imaginaires d’une Carthage fantasmagorique et nourrit son univers décalé et onirique avec les sublimes accents du baroque.

Didon et Enée se prête particulièrement bien à une relecture théâtrale et musicale par l’équipe des iconoclastes créateurs d’images du Théâtre de la Mezzanine, pourtant peu habitués à mettre leurs pas dans ceux des autres ! En effet, le livret de Nahum Tate ose le mélange entre le récit des amours malheureuses et tragiques des deux héros séparés par leur destin et la présence de grimaçantes sorcières shakespeariennes. De même, la musique de Purcell joue de l’opposition entre le céleste (en particulier celui du poignant lamento final, When I am laid, où Didon demande à Belinda de se souvenir d’elle mais d’oublier son destin) et le grotesque (nasalisation comique du chant des machiavéliques servantes de la terrible magicienne). Or, c’est ce même effet de contraste qu’on retrouve toujours dans les spectacles imaginés par Denis Chabroullet, où de la noirceur terrifiante des bas-fonds naissent la beauté, l’espoir et l’amour. Même si cet amour est réduit par la mort, il brille d’avoir été. Le pessimisme foncier de Chabroullet, qui fait sortir des chambres secrètes de l’inconscient ses pires monstres et ses plus obscurs fantasmes, est toujours dépassé par une indéfectible confiance dans les pouvoirs rédempteurs d’une grâce consolante, ne serait-ce que parce que tout est toujours supportable quand l’art transcende les affres existentiels.
 
Un spectacle baroque à la virtuose excentricité
 
Dans un immense bassin rempli d’eau sur lequel flottent des bougies émouvantes et fragiles, se déploient les vestiges d’une usine désaffectée. Il y a toujours, chez Chabroullet, cette passion pour les matériaux, la récupération et le détournement, et sa scénographie oscille entre la déglingue d’une brocante un peu foutraque et le délire d’un mécano d’enfance. Les costumes et les accessoires des différents personnages jouent aussi de ces rencontres improbables et suggestives, inventives et sidérantes. Juchés sur une petite bicoque en tôle, les musiciens de l’Ensemble Instrumental Baroque, dirigés par le précis Jean-Marie Puissant, marient leur talent à celui de Roselyne Bonnet des Tuves, qui crée, avec son talent original habituel, un univers sonore qui répond à la musique de Purcell sans jamais la masquer ni en gêner le déploiement magistral. Comédiens et chanteurs animent cet univers fantastique de leurs présences et de leurs voix et créent des tableaux extraordinaires qui rompent avec la retenue qu’on a l’habitude de plaquer sur le baroque dont on oublie à tort la folie et la passion. Il faut être libre pour servir sans trahir et audacieux pour oser affronter les classiques sans l’a priori de la componction : Denis Chabroullet et les siens possèdent ces rares qualités. Leur Didon et Enée est un des plus beaux hommages rendus à ce chef-d’œuvre : excentrique comme les perles irrégulières que le portugais appelle barroco
 
Catherine Robert


Didon et Enée, opéra de Henry Purcell sur un livret de Nahum Tate ; direction musicale de Jean-Marie Puissant ; mise en scène de Denis Chabroullet. Le 8 janvier 2011 à 20h30 au Théâtre Luxembourg de Meaux. Réservations au 01 64 36 40 00 ; renseignements sur www.theatre-meaux.fr Le 14 janvier à 20h30 à la Salle Jacques-Brel de Fontenay-sous-Bois. Réservations au 01 71 33 53 35 ; renseignements sur www.fontenayenscenes.fr Le 21 janvier à 20h30 au Théâtre Romain-Rolland de Villejuif. Réservations au 01 49 58 17 00 ; renseignements sur www.theatre-villejuif.com Le 29 janvier à 20h30 au Théâtre Pierre-Fresnay d’Ermont. Réservations au 01 34 44 03 80 ; renseignements sur www.ville-ermont.fr. Le 8 février à 20h30 à L’Avant-Seine – Théâtre de Colombes. Réservations au 01 56 05 00 76 ; renseignements sur www.lavant-seine.com Le 5 avril à 20h45 au Théâtre Alexandre-Dumas de Saint-Germain-en-Laye. Réservations au 01 30 87 07 07 ; renseignements sur www.tad-saintgermainenlaye.fr Les 17 et 18 mai à 20h45 à La Coupole, scène nationale de Sénart. Réservations au 01 60 60 51 06 ; renseignements au www.theatredelamezzanine.com Le 20 mai à 20h45 à L’Apostrophe – Théâtre des Louvrais. Réservations au 01 34 20 14 14 ; renseignements au www.lapostrophe.net

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra