La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Cycle Marguerite Duras, « Marguerite, les trois âges »

Cycle Marguerite Duras, « Marguerite, les trois âges » - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de l’Atelier
Clotilde Mollet et Didier Bezace dans Le Square. Crédit photo : Nathalie Hervieux

Théâtre de l’Atelier / de Marguerite Duras / mes Didier Bezace

Publié le 21 février 2014 - N° 218

Didier Bezace met en scène Marguerite et le Président, Le Square et Savannah Bay en un triptyque qui rend hommage à Duras : trois rencontres théâtrales élégamment mises en scène, mais inégalement interprétées.

Retrouver dans le visage et la distinction d’Emmanuelle Riva la trace de sa beauté dans Hiroshima mon amour, admirer Clotilde Mollet reprendre son rôle dans Le Square, se souvenir de l’insolente drôlerie de Marguerite Duras grâce aux dialogues moqueurs de Marguerite et le Président : les raisons de se repaître du long festin en trois services que met en scène Didier Bezace sont nombreuses et légitimes. Dommage cependant que les trois rencontres théâtrales qu’il combine ne soient pas complètement équilibrées. Le risque du duo est évidemment toujours le même : si l’un des deux n’est pas à la hauteur de son partenaire, l’ensemble perd en intensité. Dans Marguerite et le Président, Loredana Spagnuolo donne la réplique à Jean-Marie Galey. Lui est excellent, pétrifié dans la gloire immarcescible du vieux sphinx, dont il se plaît d’évidence à imiter les tics et la gestuelle, avec un humour et un talent épatants. La petite fille, comme souvent les enfants au théâtre, est appliquée. La répétition de l’exercice assouplira sans doute son jeu, mais, en l’état, son interprétation est trop sage pour rendre crédible l’adorable et agaçante ingénue qu’elle est supposée camper. Jean-Marie Galey a la bonté de la soutenir, mais le talent n’est pas contagieux.

Magistrale Clotilde Mollet

Même évidence dans la rencontre entre Emmanuelle Riva et Anne Consigny. Les fantômes de Bulle Ogier et Madeleine Renaud flottent sur cette pièce : chapeau bas à qui ose braver la perfection et affronter sa reprise ! Si Emmanuelle Riva s’en sort haut la main, poignante et digne, déliée et gracieuse, fine et élégante, Anne Consigny choisit le jeu heurté et la voix forcée d’une garde-malade rigide et pataude, à laquelle manque le raffinement énigmatique des héroïnes de Duras. Jolie, certes, enjouée et sautillante, tartinant la confiture avec la bonne volonté d’une petite-fille appliquée, elle peine à offrir à son personnage la profondeur mélancolique attendue. Reste, dans cette trilogie des âges de la vie, Le Square, où Didier Bezace donne la réplique à Clotilde Mollet. Il campe un voyageur de commerce un rien cabot. Le caractère parfois démonstratif et appuyé de son jeu n’empêche pas de faire apparaître la complexité psychologique abyssale de son personnage. Elle, en revanche, est absolument géniale. On assiste parfois à ce genre de merveilleux miracle : la vérité, l’économie, la justesse, l’intelligence de chaque geste, l’authenticité de chaque inflexion, la pertinence de l’adresse et l’équilibre parfait de l’interprétation. Clotilde Mollet est une immense comédienne. Pour elle, on ira voir Le Square.

Catherine Robert

A propos de l'événement

Cycle Marguerite Duras, « Marguerite, les trois âges »
du Mardi 11 février 2014 au Dimanche 9 mars 2014
Théâtre de l’Atelier
1 Place Charles Dullin, 75018 Paris, France

Du 11 février au 9 mars 2014. Le Square, mardi, jeudi et samedi à 19h ; dimanche à 17h. Marguerite et le Président, mercredi et vendredi à 19h à 19h ; dimanche à 15h. Savannah Bay, du mardi au samedi à 21h ; dimanche à 19h. Tél. : 01 46 06 49 24.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre