La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Boesman et Léna

Boesman et Léna - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de la Tempête
Boesman et Léna, mis en scène par Philippe Adrien Crédit : Antonia Bozzi

Entretien / Philippe Adrien Théâtre de La Tempête / d’Athol Fugard / mes Philippe Adrien

Publié le 24 février 2015 - N° 230

Créé en mai 2014 au festival de théâtre des Abymes en Guadeloupe, repris quelques mois plus tard dans le festival Off d’Avignon, Boesman et Léna* – de l’auteur sud-africain Athol Fugard – est aujourd’hui présenté au Théâtre de la Tempête. Une plongée dans les errances de l’apartheid mise en scène par Philippe Adrien. 

Quelle impulsion a été à l’origine de votre envie de mettre en scène cette pièce d’Athol Fugard ?

Philippe Adrien : D’une certaine façon, en lisant Boesman et Léna, je me suis un peu retrouvé dans la même position qu’Athol Fugard lorsqu’il a rencontré, un jour, une femme sur une route qui lui a inspiré le personnage de Léna. Il a été saisi par sa détresse et je crois qu’il n’a pas pu ne pas écrire cette pièce. J’ai moi-même été tellement bouleversé par les destins qui sont évoqués dans cette œuvre, qui expriment quelque chose de l’ordre du malheur absolu, que je n’ai pas pu faire autrement que d’accéder à la demande qui me parvenait.

De quelle demande parlez-vous ?

Ph. A. : De la demande des personnages qui m’appelaient vers eux. Car les misérables, les pauvres, ceux qui sont dénués de tout veulent aussi exister, ils demandent aussi à ce qu’on les entende… Boesman et Léna – et spécialement Léna – réclament notre attention. Léna hurle dans un désert, gardant en elle l’espoir qu’un jour quelqu’un l’entendra.

Qui est ce couple qui vit, du temps de l’apartheid, en Afrique du Sud ?

Ph. A. : C’est un couple de Hottentots. Il vit, au milieu d’un désert, dans un « territoire de boue ». Tous deux essaient de survivre, ensemble, en cherchant des vers pour faire des appâts pour les pêcheurs. Mais, évidemment, leurs conditions de vie sont tellement difficiles que leur relation est secouée par de grandes tensions. On a d’un côté Léna (ndlr, interprété par Nathalie Vairac), qui garde désespérément en elle la perspective d’un mieux être, et de l’autre Boesman (ndlr, interprété par Christian Julien), qui ne cesse de lui mettre le nez dans la boue, de lui dire qu’il n’y a pas de possibilité de s’en sortir.

« Les misérables, les pauvres, ceux qui sont dénués de tout veulent aussi exister, ils demandent aussi à ce qu’on les entende… »

Qui est le troisième personnage qui intervient dans la pièce ?

Ph. A. : C’est une merveille d’apparition. Contrairement à Boesman et Léna qui sont métisses, ce personnage que l’on appelle Outa (ndlr, interprété par Tadié Tuéné) est un Cafre, c’est à dire en quelque sorte un comble de négritude. Ne parlant pas la même langue, il ne peut pas communiquer avec ces deux autres personnages. Boesman va tout faire pour renvoyer ce pauvre dans les ténèbres. Léna, elle, trouve en lui ce dont elle avait besoin : quelqu’un qui la regarde et l’écoute…

 Il semble y avoir une dimension assez beckettienne dans ce trio…

Ph. A. : Oui, on pourrait dire ça. Car ces figures sont saisies pour l’éternité. Et les dialogues comportent une certaine cocasserie, une certaine étrangeté… L’humanité, lorsqu’elle est ainsi grattée à l’os, délivre quelque chose de très fort, de très profond, sur ce que c’est qu’un être humain.

* Texte publié aux Editions de l’Opale, dans une traduction d’Isabelle Famchon.

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Boesman et Léna
du Vendredi 13 mars 2015 au Dimanche 12 avril 2015
Théâtre de la Tempête
75012 Paris, France

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h. Durée : 1h10. Tél. : 01 43 28 36 36. www.la-tempete.fr.


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre