La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Propos recueillis

Autophagies (Histoires de bananes, riz, tomates, cacahuètes, palmiers. Et puis des fruits, du sucre, du chocolat) d’Eva Dumbia et Armand Gauz

Autophagies (Histoires de bananes, riz, tomates, cacahuètes, palmiers. Et puis des fruits, du sucre, du chocolat) d’Eva Dumbia et Armand Gauz - Critique sortie Avignon / 2021 Avignon
L’autrice et metteuse en scène Eva Doumbia. Crédit : Lionel Grenat

Propos recueillis / Eva Doumbia
Complexe socio-culturel de La Barbière / d’Eva Doumbia et Armand Gauz / mes Eva Doumbia

Publié le 25 juin 2021 - N° 290

Eucharistie documentaire, grande fête sensorielle qui convie le public à partager un repas préparé en sa présence, le spectacle d’Eva Doumbia interroge la dimension politique de notre alimentation.

« Lorsque j’ai réalisé que le riz consommé en Afrique n’y était pas cultivé alors que c’est l’aliment de base de la majorité de la population, je me suis demandé de quoi était composée la gastronomie africaine avant la colonisation. Mais l’idée de ce spectacle est véritablement née de la lecture d’un article sur l’origine coloniale du Tieb Bou Dien, le plat national sénégalais, qui a déclenché en moi toute une série de questions sur les origines et les voyages des aliments. Autophagies est davantage un constat apaisé qu’une dénonciation. Nous parlons évidemment des esclavages et des dépossessions liés, par le passé, à la culture du sucre, du cacao, du café. Mais aussi, par exemple, de l’exploitation contemporaine des travailleurs des pays producteurs de tomates : qu’ils se trouvent en Chine, ou sans-papiers dans le Sud de la France et de l’Espagne. Ce spectacle part de mon intimité et de celle des interprètes pour raconter notre relation à la nourriture. Ensuite, nous tirons les fils de l’histoire et des mécanismes contemporains. Tout cela en associant différentes disciplines : le jeu, la musique, la danse, la vidéo, la cuisine…

Manger en conscience

Je n’ai jamais compris la hiérarchisation des arts. Mon théâtre est comme moi, il est hybride. Je suis composée de plusieurs mondes et de plusieurs cultures. Pas seulement parce que je suis métisse (je suis originaire du Mali et de Côte d’Ivoire par mon père). Mais aussi parce que ma famille est diverse dans sa composition sociale. Avec Autophagies, j’ai essayé de créer un rituel, une communion, une sorte d’eucharistie qui permettrait de réparer, de vivre ensemble en attendant de pouvoir agir politiquement sur les inégalités. Depuis quelques années, je tente à travers mes projets de faire connaître au plus grand nombre des récits enfouis, des pans oubliés de l’histoire, de donner d’autres versions de ce que nous avons appris. Nos modes de consommation sont inscrits dans un continuum historique. Ils sont néfastes pour l’environnement, inégalitaires, injustes et destructeurs. Je ne souhaite pas faire culpabiliser le public, mais l’amener à manger en conscience. Nous avons oublié les rituels de remerciements d’avant le repas. Chaque fois que nous mangeons, nous devrions remercier celles et ceux qui nous permettent de nous nourrir et donc de vivre. »

 

Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Autophagies (Histoires de bananes, riz, tomates, cacahuètes, palmiers. Et puis des fruits, du sucre, du chocolat)
du Mercredi 14 juillet 2021 au Mardi 20 juillet 2021

Festival d’Avignon. Complexe socio-culturel de La Barbière

à 18h, relâche le 17. Tél : 04 90 14 14 14. Durée : 1h30.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes