La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Comédie musicale entre drame et comédie/Gros plan

As Comadres, d’après Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay, livret et mise en scène René Richard Cyr, musique Daniel Belanger, direction musicale Wladimir Pinheiro, supervision artistique Ariane Mnouchkine

As Comadres, d’après Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay, livret et mise en scène René Richard Cyr, musique Daniel Belanger, direction musicale Wladimir Pinheiro, supervision artistique Ariane Mnouchkine - Critique sortie Théâtre musical Paris Théâtre de l'Epée de bois
© Pedro Guimaraes

Épée de Bois / d’après Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay

Publié le 16 décembre 2021 - N° 294

Dirigées par Ariane Mnouchkine, une vingtaine d’épatantes actrices brésiliennes reprennent la saga domestique imaginée par Michel Tremblay. Une flamboyante comédie musicale entre drame et comédie.

C’est « par amour pour le Brésil, par affection et admiration pour une magnifique petite bande de comédiennes » qu’Ariane Mnouchkine a accepté de superviser leur projet, se dissociant, une fois n’est pas coutume, de son cher Théâtre du Soleil. Par le désir de créer qu’il manifeste, par son existence même, ce projet s’oppose vaillamment à la désolation propagée par le gouvernement brésilien, qui maltraite les artistes et les citoyens. Quelle œuvre Ariane Mnouchkine pouvait-elle leur proposer ? Le souvenir d’un spectacle adoré a fourni la réponse. « L’adaptation musicale des Belles-Sœurs de Michel Tremblay, formidablement mis en scène par René-Richard Cyr, génialement mis en musique par Daniel Bélanger, dans un décor parfait de Jean Bard, me revint en mémoire et me parut être exactement ce qu’il leur fallait. » confie la metteure en scène. Traduite dans une trentaine de langues, jouée dans le monde entier et célébrée pour sa portée sociale et son verbe haut (elle fut initialement écrite en joual, langue parlée par le milieu ouvrier québécois), la pièce met en scène quinze femmes qui se réunissent dans une cuisine afin d’aider l’une d’entre elles. Germana a en effet gagné à une loterie un million de timbres qu’elle doit coller dans un catalogue afin de pouvoir remeubler sa maison.

Servitudes volontaires

Sœurs, belles-sœurs, voisines et amies se rassemblent et œuvrent ensemble, laissant émerger leurs rancœurs, leurs chagrins, leurs peurs, leurs rêves, en de saisissants monologues transformés en songs brechtiens. « Maudite vie ! J’peux même pas avoir une p’tite joie. » se désolent-elles, étouffées et épuisées par la routine domestique, les contraintes professionnelles, les exigences de maris qui se fichent de leurs besoins et leurs désirs. Force est de constater que bien qu’écrit en 1965, le texte n’a toujours pas perdu de son acuité et son actualité. Le quartier modeste de Montréal a laissé place à la périphérie de Rio de Janeiro, le joual au brésilien si chantant, et une vingtaine d’actrices âgées de 20 à 87 ans, distribuées en alternance, donnent voix à une flamboyante comédie musicale, galvanisée par une énergie collective communicative. La direction musicale de Wladimir Pinheiro  assure une superbe cohérence aux chants. Entre grands moments d’émotions et veine comique quasi burlesque, entre voix parlée et voix chantée, la partition libère toute l’amplitude d’un portrait bouleversant de la condition féminine, dans ses dimensions collective et individuelle, pétries de servitudes volontaires. Dans l’espace si essentiel et si symbolique de la cuisine, ces guerrières du quotidien s’activent et se confrontent en une saga virevoltante et touchante. À ne pas manquer !

Agnès Santi

 

A propos de l'événement

As Comadres
du jeudi 23 décembre 2021 au jeudi 30 décembre 2021
Théâtre de l'Epée de bois

x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant