La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

âm

âm - Critique sortie Théâtre
Crédit : Philippe Cibille Légende : Sur le fil, Marion Hergas et Océane Pelpel de la 22ème promotion du CNAC

Publié le 10 janvier 2011 - N° 184

La 22ème promotion des étudiants du Centre National des Arts du Cirque se lance corps et âme dans un cirque dépouillé, côtoyant l’ivresse du vide et de la prouesse.

Après trois années de formation, le spectacle de fin d’études marque le passage entre la vie étudiante et la vie professionnelle pour une petite vingtaine de jeunes « sortants » du CNAC. Cette année, pas de metteur en scène ou de chorégraphe aux commandes ; c’est bel et bien Stéphane Ricordel qui se charge de la mise en piste : autrement dit, un fin connaisseur du monde du cirque qui, même reconvertit aujourd’hui à la direction du Monfort à Paris, n’en reste pas moins un des fondateurs des Arts Sauts. Dans cette nouvelle aventure, il met l’accent sur le vertige – rien d’étonnant chez cet ex-fou volant ! – en respectant les techniques et spécialités de chacun. Résultat : que ce soit au sol ou dans les airs, les artistes explorent l’ivresse de leur geste et le déséquilibre constant. Le spectacle débute dans la sobriété et l’épure. La piste est noire, quelques guindes trahissent les prouesses à venir. Un homme s’avance et se traîne avec difficulté… pour finir emporté dans les airs ! Il donne ainsi le la d’un spectacle où cordes, poulies et mousquetons jouent un grand rôle, mais où le corps à découvert et loin de ses agrès tient une grande place, particulièrement dans le collectif. Stéphane Ricordel a choisi de ne pas bousculer les codes du cirque en optant pour la succession de numéros qui mettent en valeur chaque artiste. A la recherche de l’immédiateté, de l’émotion, de l’âme du cirque ?
 
A la recherche de l’âme du cirque
 
La scénographie, basée sur l’idée du rectangle à travers différents objets et supports, apporte quelques épisodes inventifs : boîte blanche prétexte à des jeux d’apparition et de disparition, plan incliné, bascule géante… les scènes se suivant donnant lieu à de petites loufoqueries comme cette danse à skis, ou à de vraies prouesses poétiques comme sur cette tablette mouvante. Seule la vidéo, qui débute par des gros plans de visages et s’achève sur des projections abstraites, semble un élément décoratif qui s’insère dans les numéros avec la plus grande indifférence. On préfèrera regarder les techniques sans failles et les prouesses qui se déroulent devant nous : mentions spéciale aux acrobaties, aériennes ou au sol, aux deux spécialistes du fil, aux voltigeurs à la bascule… Au final, il reste de ce spectacle l’idée d’une troupe virtuose, prête à l’envol et au risque, et qui porte en elle toute « l’âme » du cirque. Ceci fait-il de ces artistes de véritables interprètes ? Portés par une bande-son de supermarché, on ne connaîtra pas avec ce spectacle leur capacité à se fondre dans un univers, encore moins dans un propos. Aujourd’hui, âm en restera là, à la plus simple expression du cirque, alors même que le CNAC fête ses vingt-cinq ans dédiés à l’apprentissage et au renouvellement des esthétiques circassiennes.
 
Nathalie Yokel


âm, mis en scène par Stéphane Ricordel, du 19 janvier au 13 février, le mercredi, vendredi et samedi à 20h30, le jeudi à 19h30 et le dimanche à 16h, au Parc de la Villette, Espace Châpiteaux, Parc de la Villette Nord, 211 avenue Jean Jaurès 75019 Paris. Tel : 01 40 03 75 75. Spectacle vu au CNAC à Chalons.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre