La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Alexis. Une tragédie grecque

Alexis. Une tragédie grecque - Critique sortie Théâtre
Crédit photo : © END&DNA Légende photo : La compagnie Motus transforme l’indignation en action.

Publié le 10 février 2011 - N° 185

Enrico Casagrande, Daniela Nicolò et les membres de la compagnie Motus invitent les spectateurs à chercher avec eux qui sont les Antigone d’aujourd’hui. Un spectacle hybride, fulgurant et poétique.

Dans un entretien* accordé à La Terrasse il y a un an, Enrico Casagrande et Daniela Nicolò définissaient Antigone à l’instar de Jacques Lacan comme « une image impossible à oublier ». « Aujourd’hui encore, elle scandalise. Il s’agit d’une figure éminemment politique que nous avons voulu, dans ces années de conservatisme et de désengagement idéologique, de nouveau éclairer. La contestation d’Antigone est fondée sur le refus de dissocier l’acte et la personne. Cette belle métaphore nous permet d’aborder le thème de la réaction, de l’engagement éthique. », confiaient les deux artistes-chercheurs. Soucieux de faire du théâtre aujourd’hui, en adéquation avec les oscillations de la réalité et à l’écoute de la fugacité des événements, les artistes de Motus s’emparent des thèmes de notre époque en convoquant les poètes pour aider à leur élucidation, de Sophocle à Pasolini, mêlant ainsi les influences au creuset de la scène. Le résultat, aussi spectaculaire qu’original, choisit des espaces insolites et fait le pari d’une incandescence artistique à la hauteur du scandale politique. L’indignation devient performative par le moyen de l’art.
 
Un art en résistance, avant qu’il ne soit trop tard…
 
Alexis. Une tragédie grecque est un spectacle né du collectage des témoignages sur le meurtre d’Alexandros-Andreas Grigoropoulos par un policier, en décembre 2008. A Exarchia, le quartier central d’Athènes où Alexis a été tué, la tension ne s’est pas éteinte. Pour tâcher de savoir qui sont les modernes Antigone qui continuent de brandir le drapeau de la révolte et de la résistance, Enrico Casagrande et Daniela Nicolò ont suivi « la trace d’Antigone », (en grec, Syrma Antigones, nom complet de leur projet théâtral), au fil de son voyage avec Œdipe, à la lumière des mutations contemporaines. Refusant de faire un théâtre à l’abri du monde et de considérer que « le dehors n’existe pas », Motus adapte sa recherche formelle à la détérioration de la situation politique et sociale explosive du moment, faisant du théâtre un lieu de mémoire pour la réflexion autant que pour l’action. Devenus des créateurs incontournables de la scène européenne, les membres de la compagnie Motus, poètes de l’urgence, sont à découvrir sans tarder !
 
Catherine Robert


Alexis. Une tragédie grecque. Création de la compagnie Motus, conçue et dirigée par Enrico Casagrande et Daniela Nicolò. Du 1er au 12 mars 2011 (relâche le 5 mars). Mardi, mercredi, vendredi, samedi à 20h30 ; jeudi à 19h30. Parc de la Villette, Grande Halle, salle Boris Vian, 211, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris. Réservations au 01 40 03 75 75. Renseignements sur www.villette.com
 
* La Terrasse, n°178, propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre