La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Opéra mis en scène-Critique

A quiet place, huis clos familial pour grand orchestre, mise en scène de Krzysztof Warlikowski, direction de Kent Nagano.

A quiet place, huis clos familial pour grand orchestre, mise en scène de Krzysztof Warlikowski, direction de Kent Nagano. - Critique sortie Opéra Paris Opéra Garnier
A quiet place, la famille et l'assistance devant le cercueil de Dinah crédit : Bernd Uhlig A QUIET PLACE Direction musicale:: Kent Nagano Mise en scène: Krzysztof Warlikowski Décor et costumes: Matgorzata Szczesniak Lumières: Felice Ross Vidéo: Kamil Polak Collaboration artistique: Claude Bardouil Dede: Claudia Boyle Francois: Frédéric Autoun Junior: Gordon Bintner Sam Russel Braun Dinah: Johanna Wokalek

Opéra national de Paris, Palais Garnier

Publié le 13 mars 2022 - N° 297

Kent Nagano dirige la première française du dernier opéra de Bernstein, A quiet place, dans une nouvelle version pour grand orchestre, et une mise en scène littérale de Krzysztof Warlikowski.

A quiet place est conçu, au début des années 80, comme une suite, trois décennies plus tard, à Trouble in Tahiti, où il démasquait – déjà – les illusions de la famille américaine. On retrouve le même couple, Sam et Dinah, que vient de séparer la disparition brutale, dans un accident de voiture, d’une épouse sous emprise de l’alcool et de la dépression. A l’heure des funérailles et du deuil, les retrouvailles des enfants avec le père tentent de cautériser les blessures du passé. Créé en 1983 à Houston puis remanié trois ans plus tard pour intégrer Trouble in Tahiti comme un flash-back, l’ouvrage avait été repris, comme une pièce autonome, en 2013, par Garth Edwin Sunderland dans une version de chambre, réorchestrée pour grand effectif pour la première française à Garnier. Défendue avec conviction par Kent Nagano, la partition affirme un éclectisme épiçant de pastiches, citations, jazz, voire pop-rock, une large synthèse des traditions savantes, parfois un peu bavard dans des dialogues profus, en particulier dans l’hystérie de l’enterrement. Cette expérimentation d’une hybridation opératique, que Bernstein voulait affranchie d’une imitation servile des codes européens, réserve de beaux moments, entre autres dans des interludes où l’élan romantique n’oublie pas la pudeur.

Une œuvre hybride

Explorateur inlassable de la cellule familiale, Krzystof Warlikowski confirme dans cette lecture littérale sa pente vers la sobriété, d’une lisibilité bienvenue pour une œuvre peu connue. Dans l’esthétique reconnaissable de la scénographie de Malgorzata Szczesniak, de plexiglas et pièces coulissantes, le tapissage vidéo, non-invasif, déroute le réalisme cinématographique : la figure de Dinah y ressemble à une poupée de cire. La mise en scène peut compter sur l’investissement du quatuor familial, entre la Dede vibrante de lyrisme de Claudia Boyle, le Sam robuste de Russell Braun, le ténor souple mais non lisse du François incarné par Frédéric Antoun, et les aspérités d’un Junior tourmenté de Gordon Bintner, provocant et touchant à la fois, sans oublier la galerie de personnages secondaires devant le cercueil.

Gilles Charlassier

A propos de l'événement

A quiet place
du mercredi 9 mars 2022 au mercredi 30 mars 2022
Opéra Garnier
Place de l'Opéra 75009 PARIS.

à 20 heures, le dimanche à 14h30. Durée : 1h40 sans entracte. Tél : 08 92 89 90 90. Places de 10 à 170 euros.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant