La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

81, avenue Victor-Hugo

81, avenue Victor-Hugo - Critique sortie Théâtre Paris Les Abbesses / Théâtre de la Ville
Les membres du collectif albertivillarien 81, avenue Victor-Hugo. Crédit photo : Willy Vainqueur

En tournée / Texte Olivier Coulon-Jablonka, Barbara Métais-Chastanier, Camille Plagnet / mes Olivier Coulon-Jablonka

Publié le 30 août 2016 - N° 246

Créé en mai 2015 dans le cadre des Pièces d’actualité de La Commune, le spectacle interprété par huit des membres du collectif albertivillarien 81, avenue Victor-Hugo poursuit son chemin d’émotion et de vérité.

« Lorsque Ulysse séjournait chez Calypso, il devait être doublement vigilant. Il ne devait pas seulement veiller à garder Ithaque en son cœur, mais aussi à ne pas perdre la vision de ses errances. », dit Günther Anders dans Journal de pensée. Depuis Homère, le nom du voyage se confond avec celui du voyageur : L’Odyssée désigne à la fois Ulysse et le récit de son errance. De même, 81, avenue Victor-Hugo est le nom du collectif, l’adresse de ses membres sans papiers, et celui du spectacle créé avec Olivier Coulon-Jablonka, Barbara Métais-Chastanier et Camille Plagnet : les hommes portent le nom de leur asile albertivillarien. Sous le patronyme – paradoxe grinçant – du défenseur des misérables, Adama Bamba, Moustapha Cissé, Ibrahim Diallo, Mamadou Diomandé, Inza Koné, Souleyman S., Méité Soualiho et Mohammed Zia racontent, en aèdes modernes, leur voyage et leurs vicissitudes.

Pour un théâtre politique

Personne ne quitte jamais son pays ou les siens, à moins d’y être contraint par la nécessité. La faim, la peur, le désespoir sont les moteurs principaux du départ. A l’arrivée, la situation qui est faite à l’immigré, résident et travailleur clandestin, permet aux passeurs, aux marchands de sommeil et aux employeurs cyniques, de s’enrichir en profitant du silence de ceux qu’ils exploitent. Violentés par le déracinement, rendus transparents par la crainte, les exilés demeurent indésirables. Avec humour et émotion, lucidité et dignité, sans pathos ni récupération partisane, les comédiens amateurs disent leur existence réduite à la survie. Celui qui refuse son aide à qui en a besoin fâche Zeus, protecteur d’Ulysse et de tous les exilés. Il est marqué par une « honte qui monte jusqu’au ciel », disait Eschyle. Les comptables contemporains de l’exclusion pourraient s’en souvenir. Ce spectacle le rappelle à tous.

Catherine Robert

A propos de l'événement

81, avenue Victor-Hugo
du Mardi 13 septembre 2016 au Samedi 17 septembre 2016
Les Abbesses / Théâtre de la Ville
31 Rue des Abbesses, 75018 Paris-18E-Arrondissement, France

à 20h30. Tél. : 01 42 74 22 77.


Théâtre de Sartrouville et des Yvelines – CDN, place Jacques Brel, 78500 Sartrouville. Les 8 et 9 novembre à 20h30. Tél. : 01 30 86 77 79. L'apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise – Théâtre des Louvrais, place de la Paix, 95300 Pontoise. Le 18 octobre à 19h30 et le 19 à 20h30. Tél. : 01 34 20 14 14. Théâtre Brétigny, scène conventionnée, rue Henri-Douard, 91220 Brétigny-sur-Orge. Le 15 novembre à 20h30. Tél. : 01 60 85 20 85. Programmé dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. Spectacle vu à la Commune – CDN d’Aubervilliers.


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre