Avignon - Gros Plan

Théâtre Golovine
Chorégraphie Julie Dossavi

La JuJu

Publié le 26 juin 2016 - N° 245

Qui est cette fameuse JuJu, que donne à voir une Julie Dossavi survoltée ? Héroïne de fiction ? Incarnation de toutes les femmes ? Double décalé ? En solo, mais avec le musicien Yvan Talbot, elle livre une performance de haute volée.

Crédit : Grégory Brandel
Légende : Peur de rien, la JuJu débarque au Golovine.
Crédit : Grégory Brandel Légende : Peur de rien, la JuJu débarque au Golovine.

C’est parce que l’on sent déjà la densité de son parcours personnel et professionnel que l’on comprend que Julie Dossavi est taillée pour être cette JuJu. Car la JuJu n’est rien moins qu’une super-héroïne, construite sur une part non négligeable de la danseuse elle-même, femme à la double culture française et béninoise. Etonnante Julie Dossavi ! C’est par le sport qu’elle vient à la danse, laissant de côté un destin d’athlète. Passée ensuite par le CNDC d’Angers, elle prend le chemin de la danse contemporaine au travers de grands chorégraphes (Jean-François Duroure, Philippe Decouflé), avant de fonder sa propre compagnie en tandem avec Gérard Gourdot. Itinéraire bien tracé ? Dans le même temps, on la retrouve pourtant dans les boîtes de nuit à prendre à bras-le-corps le voguing tout droit venu des Etats-Unis, ou à danser dans les plus grandes salles de concert pour accompagner les Julien Clerc, Lara Fabian, Angélique Kidjo. Sa plastique et son étonnante corporéité l’amènent aussi bien à fréquenter les défilés de mode (Jean-Paul Gaultier), que les pubs ou les plateaux de variétés à la télé.

Un cheminement musical

Aucun doute que Julie Dossavi sait faire son show… Mais La JuJu va bien au-delà de la danseuse qui ose tout et qui fait fi des catégories. Au sein de sa propre compagnie, elle développe une réflexion où le thème de l’identité revient comme un leitmotiv. Ce nouveau spectacle, sous couvert d’humour, de dérision, l’oblige à revêtir les habits de la femme africaine, créant un personnage, d’abord introverti, mais qui se transforme en force de séduction et d’affirmation d’une puissance féminine sur laquelle on doit compter. La musique est le fil rouge de la métamorphose, qui plonge le public dans une ellipse temporelle, revisitant les tambours des Yoruba jusqu’à l’afrobeat. Généreuse et décomplexée, la JuJu offre le spectacle d’une Afrique dont les mutations sociales et politiques s’exposent dans un corps féminin engagé et risque-tout.

 

Nathalie Yokel

A propos de l’évènement
La JuJu
du 7 juillet 2016 au 30 juillet 2016
Avignon Off. Théâtre Golovine
1 Rue Sainte-Catherine, 84000 Avignon, France

à 14h30, relâches les 17 et 24 juillet. Tél. : 04 90 86 01 27.


Commentaires
0 commentaire(s)
Laisser un commentaire


A ne pas manquer actuellement dans La Terrasse