La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Une fascination pour l’acteur

Une fascination pour l’acteur - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre du Rond-Point

Théâtre du Rond-Point
L’Atelier volant / texte et mes Valère Novarina

Publié le 7 septembre 2012 - N° 201

En fin de tournée à la Réunion, la troupe du Vrai Sang décide de faire retour sur L’Atelier volant, la première pièce de Novarina. Un beau réveil de l’animal.

Certes, le texte originel (1971) a subi quelques coupes mais la pièce reste intégrale. Le livre reste pour Novarina « un animal de mots » en sommeil qu’il faut savoir réveiller à bon escient et en toute délicatesse. La fable de L’Atelier volant n’a guère vieilli : plutôt une jeunesse qui s’est paradoxalement conservée grâce au travail du temps qui n’a fait que confirmer la détérioration d’un monde en émoi. De l’avis de l’auteur, la pièce « décrit les métamorphoses, les mutations d’une petite boîte, une entreprise où opère un trio patronal et une constellation de cinq employés immatriculés A, B, C, D, E. ». Monsieur Boucot, Madame Bouche et le Docteur, les cadres de l’entreprise, mènent la danse face à cinq employés qui fabriquent des objets inidentifiables sur une cadence de plus en plus vive. Il s’agit bien sûr d’une lutte des classes implicite mais aussi de « lutte des langues ». De quoi mettre l’auteur de théâtre dans tous ses états quand le monde devient décidément l’objet de l’emprise et de la mécanisation du langage. Ni pause, ni respiration.

Le comédien,  cet « animal érotique du théâtre »

Mais c’est trop peu faire confiance à la langue encore car cette dame saltimbanque est capable de toutes les résurgences et résurrections, grâce à son ardeur et à sa propension à l’incandescence. Corps volatils et danses parlées, les acteurs sont des interprètes par lesquels tout advient, comme la perception de la bête vivante que nous portons tous en nous. L’aventure continue en compagnie du scénographe Philippe Marioge, de la collaboration artistique de Céline Schaeffer, du musicien Christian Paccoud avec ses « points incandescents musicaux ». Et puisqu’incandescence il y a, le comédien – cet « animal érotique du théâtre » – participe du même incendie à l’intérieur d’un cube magique, « un noyau où tout se déplace dans la vélocité joyeuse des corps et de la parole. » Avec le verbe généreux de Novarina, le rêve de fascination du public devient accessible jusqu’à la réalité.

Véronique Hotte

A propos de l'événement

L’Atelier volant
du Jeudi 6 septembre 2012 au Samedi 6 octobre 2012
Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt. 75008 Paris
Du mardi au samedi à 21h, dimanche à 15h, relâche le 9 septembre. Tél : 01 44 95 98 21 – www.theatredurondpoint.fr
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre