Théâtre - Critique

Perdu connaissance

par le Théâtre Déplié mes Adrien Béal

C’est un théâtre qui trace son chemin, singulier et hautement stimulant. Adrien Béal et le Théâtre Déplié sont de retour avec Perdu connaissance. A voir.

Le Pas de Bême a révélé le travail d’Adrien Béal et du Théâtre Déplié. L’histoire d’un élève modèle qui se mettait d’un coup à refuser chacune des exigences scolaires. Perdu connaissance revient sur les bancs de l’école, ou plutôt dans la loge d’une gardienne d’école. La très belle scénographie, signée Kim Lan Nguyen Thi, crée une loge surdimensionnée par rapport au réel, où tous les détails produisent un effet de réminiscence : les spots grillagés, le filet  de ballons de basket qui traîne par terre, les murs défraîchis couleur crème et saumon, le grand lavabo rectangulaire tâché de peinture… Comme la gardienne est subitement tombée dans le coma, cette loge voit converger la sœur de la gardienne et son compagnon, qui sont en cours de séparation, une autre sœur, qui sort de prison, la directrice de l’école et son mari et un parent d’élève un peu bizarre. Pour composer avec l’absente, avec l’absence, ils vont devoir imaginer un nouveau fonctionnement à cette loge. Un enjeu dérisoire en soi mais ô combien important. Il conduit chacun en effet à se repenser, à se réinventer sans cesse et donc à recomposer le monde. A travers la loge d’une école, c’est tout un dispositif social qui est en jeu, et plus largement, celui de la vie de chacun.

Essayer sans relâche de se créer

Si la scénographie est d’un grand réalisme, le jeu des acteurs n’a, lui, rien de naturaliste. Chaque réplique engage tout le corps. Pas de flux émotionnel continu. Des changements de direction incessants, des pensées à contre-pied. Chaque échange produit de l’émotion et chaque pensée semble se façonner en direct. On a l’impression d’une grande liberté. Restez vivants, au présent, défiez-vous des règles et choisissez votre vérité, semblent dire les personnages, sans jamais l’exprimer aussi littéralement, fort heureusement. Ils sont ordinaires et humbles, ces personnages. Vivants, extrêmement, toujours en train de se choisir, dans une écoute aiguë de l’autre. Pierre Devérines, Boutaïna El Fekkak, Adèle Jayle, Julie Lesgages, Etienne Parc et Cyril Texier leur ont construit des parcours qui déjouent sans cesse les attentes. En état d’alerte et d’ouverture maximale, leurs subjectivités se confrontent sans s’opposer puisqu’elles ne sont jamais figées. Une extraordinaire plasticité qui n’est pas celle de nos vies, c’est regrettable. Mais qui est un univers de possibles que déploie (que déplie) le Théâtre Déplié, qui interroge chacun sur son rapport au monde, qui rapproche le théâtre de la vie en soumettant les deux à la même exigence, celle d’essayer, sans relâche, de se créer.

Eric Demey

 

A propos de l'événement

Perdu connaissance
du Jeudi 8 novembre 2018 au Lundi 19 novembre 2018
T2G - Théâtre de Gennevilliers
41 Avenue des Grésillons, 92230 Gennevilliers.

Du 8 au 19 novembre à 20h, le samedi à 18h, le dimanche à 16h. Relâche le mardi et le mercredi, ainsi que les 13 et 14 novembre. Tel : 01 41 32 26 10. Egalement du 18 au 20 mars aux Subsistances à Lyon. Les 26 et 27 à l'Hexagone à Meylan. Les 3 et 4 avril au Tandem à Douai. Les 9 et 10 à l'Espace des Arts à Chalon-sur-Saône. Spectacle vu au Théâtre Dijon Bourgogne. Durée : 1h30.


Mots-clefs :

A lire aussi sur La Terrasse

Théâtre - Critique

Saison de cirque

Il y a sept ans, le duo franco-finlandais du [...]

Saison de cirque : En savoir plus
Théâtre - Entretien

Les Hérétiques

Pour sa dernière mise en scène au Théâtre de [...]

Les Hérétiques : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction