La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Patrice Thibaud

Patrice Thibaud - Critique sortie Théâtre

L’homme est la bête

Après l’hilarant Cocorico, Patrice Thibaud continue de croquer nos faits et gestes. Avec Jungles, il se glisse dans la peau des bêtes pour nous faire rire de nos bêtises.

« L’universalité du langage corporel me fascine. »
 
Les hommes sont-ils si bêtes ?
Patrice Thibaud : J’ai beaucoup observé les animaux et je retrouve souvent dans leurs mimiques des expressions humaines. Ou l’inverse… Les incivilités, l’agressivité quotidienne, les insultes des automobilistes, les conflits entre voisins, les mouvements de foules ou les violences dans les stades de foot, sans parler des guerres, montrent que les pulsions primaires et réflexes bestiaux sont encore au cœur de l’homme malgré les progrès de la civilisation. En vieillissant, mon optimisme sur la nature humaine s’est un peu terni ! Tout ça me désole. Donc j’essaie d’en parler, avec humour.
 
Vous privilégiez un théâtre visuel. Quelle est la force de ce langage ?
P. T. : Après avoir exploré les textes, classiques et contemporains, tâté de la rue et du cirque, puis travaillé avec les Deschamps, je suis revenu à mes premières amours : gamin, je jouais des saynètes sans parole devant les copains et la famille, en m’inspirant de Raynaud, Lewis, de Funès, puis Chaplin, Keaton… L’universalité du langage corporel me fascine. Je m’aperçois en jouant Cocorico aux quatre coins du monde que je me fais comprendre partout avec les gestes.
 
Quels sont vos matériaux de travail ?
P. T. : Ils viennent de la vie quotidienne. Mon grand-père maternel m’a fait découvrir les films de Tati dans mon enfance et m’a appris à observer les gens, à déceler ce qui singularise leur façon de bouger. Je continue tous les jours et glane ainsi des gestes, des choses que j’ai vues, vécues, que je décale et grossis sur scène. Avec le musicien Philippe Leygnac, et la comédienne Lorella Cravotta, nous partons d’une famille qui s’aventure dans les jungles, celles de la ville, de l’amour, de l’immigration… de la vie.

Entretien réalisé par Gwénola David


Jungles, de Patrice Thibaud, mise en scène de Susy Firth, Michèle Guigon et Patrice Thibaud, du 5 au 22 janvier 2011, mardi à 14h30, du mercredi au samedi à 20h30, dimanche à 15h30, au Théâtre National de Chaillot, 75016 Paris. Tél :  01 53 65 30 00.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre