La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Musiques anciennes à Royaumont

La programmation d’octobre fait la part belle aux jeunes ensembles et aux œuvres rares.

ABBAYE DE ROYAUMONT / VAL D’OISE

Publié le 28 août 2015 - N° 235

La programmation d’octobre fait la part belle aux jeunes ensembles et aux œuvres rares.

La musique ancienne est à l’honneur au cours des deux premiers week-ends d’octobre à Royaumont. Mais n’imaginez pas entendre une énième version des Quatre saisons ou du Messie de Haendel ! « Nous n’avons pas d’intérêt à refaire les grands tubes, explique Edouard Fouré Caul-Futy, directeur artistique du programme voix et unité scénique. Notre credo est d’être avant-gardiste dans tous les répertoires ainsi que dans les choix interprétatifs ». Plus que jamais, Royaumont accompagne le développement des jeunes ensembles. On pourra ainsi découvrir Grain de la voix, dirigé par Björn Schmelzer, mêlant ars subtilior et chant byzantin (le 11 octobre à 15h), Profeti della quinta dans le répertoire de madrigal (le 10 octobre à 15h) ou encore le tout jeune Caravansérail de Bertrand Cuillier, dans Haendel et Scarlatti (le 4 octobre à 15h). L’ensemble en résidence à Royaumont est le désormais incontournable Pygmalion de Raphaël Pichon, qui a conçu un programme sur les musiques pour un temps de désolation de Schütz à Bach, intitulé légitimement « O Traurigkeit ! » (le 10 octobre à 20h45). « C’est l’avant-dernier concert de leur résidence. Pour leur ultime concert, en 2016, les musiciens de Pygmalion donneront un programme spatialisé de polychoralité, avec notamment des œuvres de Praetorius. Il est essentiel de changer le rituel du concert classique, en développant les concerts immersifs », poursuit Edouard Fouré Caul-Futy. Mais Royaumont ne se limite pas au baroque, loin s’en faut. L’excellent Christoph Prégardien interprétera, avec le pianiste Daniel Heide, Le Voyage d’hiver de Schubert (le 10 octobre à 17h30). La fondation mène aussi un important travail sur l’œuvre de Mahler, en lien avec la Médiathèque Mahler de Paris. « Royaumont est un laboratoire, il faut recréer en musique les débats qu’il a pu y avoir dans le passé dans l’abbaye avec Deleuze ou Derrida », observe Edouard Fouré Caul-Futy, avant d’ajouter : « sans oublier l’esprit rock. Les Pink Floyd se sont quand même produits à Royaumont dans les années 70 ! ».

A. Pecqueur

A propos de l'événement

Musiques anciennes à Royaumont
du Samedi 3 octobre 2015 au Dimanche 11 octobre 2015
Fondation Royaumont
Asnières-sur-Oise, France

Tél. 01 30 35 59 00.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra