La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Le Côté de Guermantes d’après Marcel Proust, mise en scène de Christophe Honoré

Le Côté de Guermantes d’après Marcel Proust, mise en scène de Christophe Honoré - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre Marigny
La Duchesse Oriane de Guermantes (Elsa Lepoivre) au centre. © Jean-Louis Fernandez

d’après Marcel Proust / mes Christophe Honoré

Publié le 23 octobre 2020 - N° 288

Christophe Honoré livre une adaptation somptueuse du troisième livre de La Recherche du temps perdu. Une mise en scène portée par une troupe à son meilleur qui restitue finement l’esprit de l’œuvre de Marcel Proust.

Oriane de Guermantes… Un nom si poétique, si idéal, qu’il est difficile de ne pas fantasmer sur celle qui le porte. Ainsi le jeune Marcel, le Narrateur du Côté de Guermantes, se prend-il de passion pour la belle duchesse. Mais en pénétrant dans les salons qu’elle fréquente, en côtoyant le Baron de Charlus, la Comtesse de Marsantes ou la Princesse de Parme, il ne récolte que désillusion. Quelle fausseté dans ce monde apparemment flamboyant ! Une scène cruelle l’illustre bien : lorsqu’Oriane, interprétée par l’éblouissante Elsa Lepoivre, se met à danser, son corps si bien pris dans sa robe élégante se révèle soudain gauche, mécanique, presque monstrueux. Comme l’est son mari – réjouissant Laurent Lafitte – dont la vacuité le dispute à l’indifférence pour autrui. Quelle micro-société insupportable, qui voudrait changer d’innocent (Dreyfus) ou différer la mort d’un cousin pour ne pas risquer de gâcher un dîner, qui se préoccupe de la couleur de ses souliers plutôt que de compatir à la maladie (celle de Swann, bouleversant Loïc Corbey), qui présente ses condoléances avant l’heure et prétend « qu’on en rira plus tard » !

Une adaptation fidèle à l’esprit de l’œuvre et à la complexité des personnages

Christophe Honoré est intelligent – un mot qui revient souvent dans la pièce –, subtil même. Il sait que « prétendre adapter Proust, au théâtre, comme au cinéma, [est] une entreprise pourrie d’avance ». Dans sa lettre aux acteurs, reproduite dans le programme de salle distribué au public, il propose de lui substituer « une séance de nécromancie », soit « franchir le pont et croire que des fantômes vont venir à notre rencontre ». L’entreprise est totalement réussie. On trouvera sûrement des esprits chagrins pour considérer que la lettre de Marcel Proust n’est pas respectée, que les tubes musicaux qu’il importe (Cat Stevens, Leo Ferré, Sylvie Vartan…) n’ont pas leur place ici. Qu’importe ! Ces transgressions ne trahissent en rien l’esprit de l’œuvre ni la complexité des personnages. Le passage de l’adoration à la désillusion, la peinture de la haute aristocratie avec son amour des mots d’esprit et son mépris pour les Juifs, tout cela est d’autant plus finement restitué que Christophe Honoré dispose d’une troupe à son meilleur, du touchant Sébastien Pouderoux (Saint-Loup) au désopilant Serge Bagdassarian (Charlus) – il faudrait tous les citer. L’œuvre de Proust et ses personnages inoubliables en ressortent vivifiés, à commencer par le personnage du Narrateur, interprété par le solide Stéphane Varupenne, si loin d’un Marcel souffreteux ou du cliché de « roman pour duchesses ». Ce qui n’empêche ni la mélancolie ni la gravité.

Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

Le Côté de Guermantes
du Mercredi 30 septembre 2020 au Dimanche 15 novembre 2020
Théâtre Marigny
Carré Marigny, 75008 Paris.

Rens 01 44 58 15 15. Durée : 2h30 sans entracte.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre