La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Hikikomori- Le Refuge

Hikikomori- Le Refuge - Critique sortie Théâtre Paris Grande Halle de la Villette
Hikikomori-Le Refuge, création de Joris Mathieu. CR : Nicolas Boudier

Grande Halle de la Villette / Ecrit et mes par Joris Mathieu

Publié le 22 novembre 2016 - N° 249

Trois récits possibles pour un même spectacle, le théâtre immersif de Joris Mathieu multiplie les points de vue autour de l’histoire d’un adolescent qui s’isole du monde.

Commençons par un paradoxe : les metteurs en scène adeptes des nouvelles technologies dans leurs spectacles portent souvent sur ces dernières un regard critique. Hikikomori ne déroge pas à la règle. Même si les hikikomoris ne sont pas exactement des No life, comme on désigne ceux qui ne vivent qu’à travers leur ordinateur. Ce sont plus précisément des adolescents ou jeunes adultes qui s’enferment dans leur chambre pendant une longue période – des mois, des années – et n’en sortent plus que pour des besoins primaires. De plus en plus nombreux au Japon, ils y ont formé un phénomène de société qu’on craint de voir se reproduire en Europe. Stress social, pression sur les résultats et climat difficile à l’école sont souvent à l’origine de leur repli. A leur image, Nils, le jeune héros de Hikikomori-Le Refuge doit affronter l’indifférence ordinaire du corps professoral et les railleries de ses ‘’camarades’’ de classe. Ces derniers le trouvent d’ailleurs tellement original qu’ils l’appellent l’orignal, du nom de cet élan en voie d’extinction. Confronté à un père qui ne s’occupe que de ses petites maquettes en bois et à une mère sans arrêt en train d’échanger des SMS avec ses amis, Nils ne trouve pas non plus remède à son mal-être auprès de sa famille. Il décide donc un jour de s’enfermer dans sa chambre.

Du théâtre pour ne plus vivre isolé

A partir de cette situation, Joris Mathieu a créé trois récits. Pour les enfants, un conte murmuré sous la porte par la mère de Nils. Pour les ados, le récit de l’histoire à travers le point de vue de Nils. Et pour les adultes, à travers celui de son père. Avant d’entrer en salle, chaque spectateur choisit le casque du récit qu’il souhaite suivre mais le spectacle reste visuellement le même pour tous. Il se déploie à partir d’un écran central dans lequel les acteurs s’intègrent, en chair et en os, aux images projetées. Dans la version ado les parents de Nils ont accès à sa mémoire via une application. Une sorte de connexion à son passé et à sa pensée qui sont représentés sur cet écran. Devant l’écran est figuré l’espace du couloir menant à la chambre de Nils, où les parents se retrouvent désemparés, ne sachant trop comment réagir face à son enfermement. Le travail de Joris Mathieu, directeur du Théâtre Nouvelle Génération à Lyon, CDN tourné vers le théâtre jeune public, explore depuis longtemps les ressources des technologies modernes pour proposer des spectacles hypnotiques, suspendus et immersifs qui constituent une véritable signature scénique. Avec une histoire simple, au sens ouvert, arpentant notre rapport à l’autre et au réel dans un univers hyper-connecté, il donne ici à ses illusions d’optique et à sa très belle recherche visuelle et auditive un support efficace. Au passage, il délivre aussi un spectacle qui réconcilie la technologie et l’échange. En effet, à son issue, parents et enfants peuvent croiser leurs récits, confronter leurs versions et leurs points de vue. Se remettre à communiquer. Du théâtre pour ne plus vivre isolé, en somme.

Eric Demey

A propos de l'événement

Hikikomori- Le Refuge
du Mercredi 7 décembre 2016 au Samedi 10 décembre 2016
Grande Halle de la Villette
211 Avenue Jean Jaurès, 75019 Paris, France

à 19h, et le 10 et le 11 à 11h Tel. : 01 40 03 72 23. Durée : 55mn. Spectacle vu au pôle culturel d’Alfortville.


Egalement les 5 et 6 janvier à l’Espaces Pluriels à Pau. Le 12 au Théâtre d’Aurillac. Du 17 au 20 au Théâtre de l’Union à Limoges. Du 24 au 27 à l’Espace Malraux à Chambéry. Les 2 et 3 février à Garges-les Gonesse. Du 7 au 10 au Quai à Angers. Du 2 au 4 mars au Théâtre de St-Quentin en Yvelines. Le 9 au Préau à Vire.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre