La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Claudine Hunault

Grande Balade

Grande Balade - Critique sortie Avignon / 2018 Avignon Avignon Off. La Scierie
Claudine Hunault, metteure en scène et interprète de Grande Balade. Crédit : DR

Entretien / Claudine Hunault
La Scierie / d’après Hélène Bessette / mes Claudine Hunault

Accompagnée du flûtiste Cédric Jullion, la comédienne et metteure en scène Claudine Hunault porte à la scène La Grande Balade, roman d’Hélène Bessette publié en 1961. Un voyage entre étrange et inattendu.

Sur quel univers ouvre La Grande Balade ?

Claudine Hunault : Dans La Grande Balade, Hélène Bessette traverse le Pacifique. Elle se détache du monde meurtri et des horizons raccourcis. Elle découvre dans le bleu sans fin la « longue route invisible fluide ». Et puis, ça sature. Trop de bleu, trop de ciel. Tout est trop proche. À portée de la main.

« L’énergie créatrice qui se dégage fait exister des plans divergents de réalité. »

Qu’est-ce qui a été décisif dans votre envie de vous emparer de ce texte ?

C. H. : Le fait que j’aie vécu aux îles Marquises, pendant près d’un an. Les palmes humides de lumière et la houle longue sur les plages de sable noir ont creusé en moi un espace où la voix de Bessette est venue prendre place. C’était naturel, et l’étonnement venait d’une correspondance aussi précise entre sa traversée et la mienne. Je dis Bessette sur scène parce que Bessette, d’abord, ça s’entend. Il faut entendre le rythme de la phrase, les assonances et les dissonances, l’opulence des couleurs, le jaillissement et l’entrechoc des mots, le glissement des images, un paysage sonore qui se compose en direct. L’écriture d’Hélène Bessette est politique parce qu’elle est poétique. C’est un enjeu pour elle de trouver les formes dans lesquelles elle peut dire notre soumission aux expressions les plus grossières ou les plus subtiles de la censure, soumission aux castes agissantes, soumission aux injonctions de consommation, quand tout est en danger de devenir objet, y compris l’être humain.

Quel rôle occupe, dans votre proposition, le flûtiste Cédric Jullion ?

C. H. : La musique de Cédric Jullion agit sur l’immédiate perception du temps. Elle creuse l’écoute. Le son et le mot s’appellent réciproquement. Grande Balade a inauguré pour nous une manière de travailler, une immersion dans la matière textuelle et musicale qui naît de l’expérience même du plateau. Je fais du théâtre depuis toujours et là je découvre un territoire radicalement neuf. L’énergie créatrice qui s’en dégage fait exister des plans divergents de réalité, sécrétant de l’inattendu, de l’étrange, qui se dépose dans la mémoire. La présentation publique n’interrompt plus la dynamique de création. Elle la renouvelle.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Grande Balade
du Vendredi 6 juillet 2018 au Mardi 24 juillet 2018
Avignon Off. La Scierie
15 boulevard Saint-Lazare, Avignon

à 15h. Relâche les 10 et 17 juillet. Tél. : 06 81 14 26 24.


Ce spectacle se joue jusqu'au 24 juillet.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes