La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Entretien / Jazz

FRANCK TORTILLER, LE PECHEUR DE PERLE

FRANCK TORTILLER, LE PECHEUR DE PERLE - Critique sortie Jazz / Musiques Paris Baiser Salé
Son disque « Janis The Pearl » est la toute première sortie du label que Franck Tortiller vient de fonder : MCO (Musique à Ciel Ouvert). 
© Renaud Corlouer

HOMMAGE A JANIS JOPLIN / BAISER SALE

Publié le 1 mars 2013 - N° 207

Sept ans après son électrique programme autour de Led Zeppelin, le vibraphoniste célèbre avec son orchestre équilibriste la météorite Janis Joplin.


Vous vous souvenez de la première fois où vous avez écouté Janis Joplin?
Franck Tortiller : Oui, c’était sa version de « Summertime » et puis ensuite Woodstock. De toute façon, toutes ces musiques-là, c’est quelque chose qui a jalonné nos parcours de vie de musiciens. C’est un peu notre inconscient collectif : dès les premières notes, ça nous parle.

Avez-vous  hésité avant de vous lancer dans ce projet ?
F. T. : Le jazz est une musique d’appropriation. Pour nous, ce qui est peut-être écrasant, c’est de reprendre la musique de Duke Ellington ou de faire un hommage à John Coltrane ou à Thelonious Monk. Pour ce projet-là, je voulais surtout parler du personnage. Ça va au-delà de la musique : on est plus dans la lettre d’amour à Janis Joplin que dans une stricte évocation musicale. C’est la raison pour laquelle en plus des compositions originales, je me suis efforcé d’arranger des morceaux qu’elle avait elle-même écrits comme « Move Over » ou « Mercedes Benz ».

« Janis Joplin personnifie l’esprit créatif des années 70 anglo-saxonnes. »

Avez-vous pensé à faire un album instrumental ?
F. T. : Non. Quand j’ai fait le programme sur Led Zeppelin avec l’ONJ, je craignais un effet miroir immédiat si on mettait un chanteur et un guitariste. Tandis que là je voulais qu’il y ait de la voix pour que ça raconte quelque chose. En revanche, je ne voulais surtout pas une voix féminine, mais plutôt un chanteur comme en surimpression. Et ça faisait longtemps que j’avais envie de faire quelque chose avec Jacques Mahieux parce que c’est un grand batteur de jazz, mais aussi un chanteur qui connaît parfaitement cette musique-là.

Pour vous, Janis Joplin appartient d’une certaine manière à l’histoire du jazz ?
F. T. : Musicalement, il existe une grande incompréhension autour d’elle. Tout le monde dit que c’est une chanteuse de pop et de rock, mais ce n’est pas vrai. C’est une chanteuse de blues. Vraiment. Elle a chanté des standards de jazz et puis aussi des choses très rhythm’n’blues, avec beaucoup d’improvisation. Et surtout elle personnifie l’esprit créatif des années 70 anglo-saxonnes. C’est peut-être un peu radical ce que je vais dire, mais c’est proche de ce qui se passait dans les années 20 à Montparnasse. Il y avait cette créativité et ces ponts entre musique, poésie, peinture, cinéma… Et je trouve qu’elle est au centre de ça.

Propos recueillis par M. Durand

A propos de l'événement

ORCHRESTRE FRANCK TORTILLER
du Jeudi 7 mars 2013 au Mercredi 24 avril 2013
Baiser Salé
58, Rue des Lombards 75001 Paris
Jeudi 7 mars et mercredi 24avril à 21h30. Tél. : 01 42 33 37 71. Places : 15 à 22€.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques