La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -241-Centre des Bords de Marne au Perreux-sur-Marne

Un tandem aux commandes

Un tandem aux commandes - Critique sortie Jazz / Musiques

Entretien croisé
Michel Lefeivre
Jean-Marie Machado

Publié le 23 février 2016 - N° 241

Complices de trente ans, Jean-Marie Machado, compositeur associé, et Michel Lefeivre, directeur, reviennent sur la présence du jazz au Centre des Bords de Marne (CDBM) du Perreux-sur-Marne et sur les raisons de la création d’une Biennale consacrée au genre.

Quelles raisons ont amené le CDBM à faire une place importante au jazz dans sa programmation et à accueillir Jean-Marie Machado en artiste associé ?

Michel Lefeivre : Les lieux culturels développent des rapports à la présence artistique qui sont généralement au sein des programmations, donc des temps courts. Il me semblait intéressant d’imaginer un mode d’immersion d’un artiste dans un territoire, qui soit à l’écoute et puisse vivre sa propre démarche de créateur dans un ensemble qui lui en donne les moyens, autrement que sous la forme d’une résidence ou d’une commande. Résidant au Perreux, Jean-Marie Machado était la bonne personne à la bonne place. On a développé cette idée que sa présence de compositeur associé n’allait pas s’arrêter à l’écriture mais qu’il fallait construire de manière solide quelque chose. On arrive à certaines conclusions sur les endroits où pouvait porter notre action pour aider ce métier, cette musique, qui n’est pas spécialement soutenue, ni diffusée dans les réseaux au quotidien, en dehors des festivals. Notre ambition est de créer un pôle régional autour du jazz, avec une action développée selon plusieurs axes.

Quels sont ces axes ?

Jean-Marie Machado: Le premier vise à aider de jeunes artistes à monter leur premier projet. Ces musiciens sont très doués mais n’ont pas l’occasion de faire un set ni de le confronter à un « vrai » public. Le deuxième consiste à soutenir des musiciens qui ne sont pas des stars du jazz mais des artistes de talent qui n’ont que rarement l’occasion de jouer dans des théâtres. Tout un pan de musiciens entre 35 et 65 ans qui sont sortis du champ de vision des programmateurs.

« Notre ambition est de créer un pôle régional autour du jazz. » Michel Lefeivre 

ML : Le troisième axe, ce sont les grands formats et la question d’une esthétique qui est en train de disparaître faute de « jeu ». Lorsqu’on se produit en grand format, cela coûte plus cher… On est en train de perdre une tradition alors que la fédération des Grands Formats compte plus de quarante adhérents à Grands Formats. Des gens qui ne jouent presque jamais.

« Une rêverie en grand format, c’est quelque chose d’extraordinaire. » Jean-Marie Machado

J.-M.M.  : Les grands orchestres de jazz historiques jouaient tout le temps. Les quartets aussi. Aujourd’hui nous sommes un grand nombre d’artistes à réaliser cette musique basée sur l’idée de jouer tout le temps, mais nous faisons face à un problème de réseau qui n’accorde pas la place à la musique qu’il faudrait. Avec le CDBM, nous apportons un début de réponse. Nous voulions montrer qu’un théâtre dans une ville doit ouvrir ses portes à la musique, au jazz, pour permettre la circulation et le jeu. Si tous les théâtres de ville, les scènes conventionnées, les scènes nationales faisaient de même, cela recréerait un secteur. Il y a une responsabilité collective à être à l’écoute de cette réalité. Une rêverie en grand format, c’est quelque chose d’extraordinaire.

Quelle place tient la Biennale dans votre action ?

ML : La lisibilité et la visibilité du lieu passent par la création d’un temps fort. Nous condensons au moment de la biennale tout ce que l’on fait par ailleurs pour valoriser cette action. On présentera dans cette biennale – qui n’est pas une manifestation annuelle pour raisons budgétaires –  à la fois des grands formats, de l’émergence, de la création. La biennale est aussi l’occasion de parler du jazz, d’apporter un peu de culture au public qui en est friand, de mener un défrichage de codes pour que les gens comprennent d’où vient le jazz et identifient ses mutations. Nous voulons donner des clés au public pour qu’il élargisse son point de vue et forge son goût, de manière à lui présenter des choses pas forcément « faciles ».

Comment s’opère le travail de repérage des jeunes artistes ?

J.-M.M.  : Toute une partie de mon activité est liée à la transmission. J’interviens pour faire de la création musicale dans les conservatoires et c’est l’occasion de repérer les nouveaux talents. Je suis toujours très à l’écoute. Pour les équipes artistiques dont le but est d’inventer de la musique, cette disponibilité est indispensable. Dans la Biennale, un temps est consacré aux jeunes formations avec l’orchestre Osiris et trois « découvertes » le samedi après-midi. La biennale sert aussi à alerter le public sur le fait qu’il y a du jazz régulièrement au Perreux.

Comment en avez-vous choisi la programmation ?

J.-M.M. : J’essaie d’arbitrer entre mes convictions personnelles et la demande d’une ville qui n’est pas forcément spécialisée en jazz. Dans cette Biennale, on a pris comme fil conducteur la voix : celle d’André Minvielle, de la magnifique chanteuse d’Osiris, celle d’Antonio Placer et Elena Ledda, celle de Lisa Simone qui va vers le blues… Un directeur est submergé de propositions. Il n’a pas le temps d’être dans les conservatoires pour repérer les jeunes. Soit il ne fait rien, soit il s’appuie sur quelqu’un qui reste en contact avec son milieu, avec qui il dialogue et qui fait ressortir des choses qui le méritent. La présence d’un artiste est une carte à jouer dans les théâtres. Elle permet d’avancer ensemble.

Propos recueillis par Vincent Bessières

 

 

Centre des Bords de Marne, 2 rue de la Prairie, 94170 Le Perreux-sur-Marne. Les 11 et 12 mars 2016. Tel. 01 43 24 54 28. Tarifs : de 10 à 18,50€ par concert. Pass 8 concerts à 40€. www.cdbm.org

A propos de l'événement


2 Rue de la Prairie, 94170 Le Perreux-sur-Marne, France
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques