La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -286-Théâtre National de Nice

Muriel Mayette-Holtz monte Chat en poche de Georges Feydeau et Feuilleton Goldoni d’après Carlo Goldoni sur une traduction Ginette Herry

Muriel Mayette-Holtz monte Chat en poche de Georges Feydeau et Feuilleton Goldoni d’après Carlo Goldoni sur une traduction Ginette Herry - Critique sortie Théâtre Nice Théâtre National de Nice
© Sophie Boulet Muriel Mayette-Holtz

Entretien

Chat en poche / de Georges Feydeau / mes Murielle Mayette-Holtz

Feuilleton Goldoni / d’après Carlo Goldoni / traduction Ginette Herry / Muriel Mayette-Holtz

Publié le 14 août 2020 - N° 286

Pour sa première saison à la tête du Théâtre National de Nice, Muriel Mayette-Holtz décuple les possibilités de rencontre avec le public et transforme le théâtre en lieu de foisonnement créatif.

Comment abordez-vous cette saison particulière ?

Muriel Mayette-Holtz : Nous nous sommes adaptés à la situation, en changeant nos méthodes de travail, en réfléchissant le mieux possible à l’enjeu de la gestion des priorités face à la crise. Traverser cette épreuve implique des changements, un rapport au théâtre autre. Pour un créateur, malgré les difficultés, c’est toujours motivant de surmonter les contraintes. L’enjeu essentiel, c’est de maintenir et d’affermir le lien avec le public. C’est pourquoi pendant presque tout l’été, nous avons organisé gratuitement en extérieur des Contes d’apéro, qui programmaient des lectures, des impromptus de théâtre et de danse ou des intermèdes musicaux. Ça fait plaisir de se rendre compte que pour les gens se réunir autour d’une représentation, c’est un moment de bonheur ! La création fait naître une intelligence des sentiments qui nous renvoie à nous-mêmes. Toute l’inventivité qui s’est exprimée à travers le numérique pendant le confinement a aussi prouvé l’importance de la culture comme nourriture vitale, partagée, mais le théâtre a besoin de vrais corps. C’est l’autre qui nous a manqué pendant le confinement, et le théâtre, c’est l’autre.

« La création fait naître une intelligence des sentiments qui nous renvoie à nous-mêmes. »

Quelle programmation proposez-vous ?

M.M.-H. : Nos propositions diversifiées s’adressent à tous les publics, avec des séries plus longues que d’habitude, avec aussi lorsque c’est possible des effectifs conséquents sur le plateau, comme m’y a habituée la Comédie-Française. Pour cette première saison en tant que directrice, je suis heureuse de me présenter au public en jouant, au sein de la création Les Parents terribles mise en scène par Christophe Perton. Le CDN s’affirme à Nice comme lieu de référence des écritures contemporaines en termes de théâtre, danse ou cirque. Afin de construire une identité repérable, j’ai proposé de nouer un dialogue avec l’Europe de la Méditerranée : la Grèce avec cette saison cinq spectacles, mais aussi l’Italie, l’Espagne ou, plus tard, le Portugal. Amoindries cette année à cause de la fermeture des frontières, nous allons par la suite renforcer ces rencontres. Afin de mobiliser les jeunes générations, nous menons un projet auprès des scolaires en compagnie d’Eric Fottorino intitulé Lettres à… mon père, et nous ouvrons des cours de théâtre pour les 6-12 ans. Par ailleurs, huit artistes sont en résidence toute l’année : l’auteur et metteur en scène Edouard Signolet, les comédiens Augustin Bouchacourt, Frédéric de Goldfiem, Jonathan Gensburger, Pauline Huriet, Thibaut Kuttler et Eve Pereur, le musicien François Barucco. J’ai voulu que les comédiens participent à des projets différents et nombreux au cours de la saison, car passer d’une écriture à l’autre est très formateur. Ils participent ainsi entre autres spectacles aux deux créations que je propose, pour lesquelles nous utiliserons du matériel recyclé quant aux costumes et décors.

Quels sont ces spectacles que vous créez ?

M.M.-H. : Je crée Chat en poche de Feydeau, un auteur qui était aussi acteur et connaissait ainsi tous les ressorts comiques du plateau. C’est l’un des rares auteurs français dont les didascalies s’avèrent un repère fondamental. Il s’agit donc d’être humble, de se fier au texte. On ne se lasse pas de ce chef-d’œuvre qui plonge les protagonistes dans une folie et une confusion totale où personne ne s’écoute. Il a créé une partition très précise, redoutablement exigeante, dont il faut digérer le solfège. C’est pourquoi nous allons répéter à différents moments pour faire émerger ce théâtre « à combustion lente » dont rêvait Antoine Vitez. La pièce sera présentée pendant les vacances de Noël, le théâtre sera donc ouvert pendant cette période festive et cela me réjouit. En fin de saison, je crée un Feuilleton Goldoni d’après la trilogie des Aventures de Zelinda et Lindoro. Il y a très longtemps que je voulais monter ce spectacle. Si l’écriture provient de la commedia dell’arte, elle marque le début du scénario écrit. Goldoni illustre notre incapacité à vivre le bonheur à travers une psychanalyse permanente, en direct, très drôle même si elle se fonde sur un mal-être terrible, sur les tourments de la jalousie et d’une éternelle insatisfaction. Avec cette pièce, nous allons étrenner une seconde salle dans une ancienne église franciscaine, qui permettra d’installer des dispositifs multi-frontaux. Créer, c’est partager ensemble un présent rêvé…

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

Chat en poche
du Mardi 29 décembre 2020 au Jeudi 31 décembre 2020
Théâtre National de Nice
Centre Dramatique National Nice Côte d’Azur, Promenade des Arts, 06300 Nice.

Feuilleton Goldoni, 1ère partie Les Amours de Zelinda et Lindoro, du 11 au 14 mai, 2e partie La Jalousie de Lindoro du 18 au 21 mai, 3e partie Les Inquiétudes de Zelinda, du 25 au 28 mai, Intégrale samedi 29 mai à 15h.


Tél. : 04 93 13 90 90. Site : tnn.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre