La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -285-Théâtre de Saint~Quentin en Yvelines ~ Scène nationale.

« La ville de demain et ses défis » : une thématique citoyenne

« La ville de demain et ses défis » : une thématique citoyenne - Critique sortie Théâtre Saint-Quentin-en-Yvelines Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines - Scène nationale
Lionel Massétat © D.R.

Entretien avec Lionel Massétat

Publié le 21 février 2020 - N° 285

Quand Lionel Massétat a été nommé à la tête de la Scène nationale de Saint-Quentin-en-Yvelines en 2015, les Rencontres inCité faisaient partie des propositions phares de son projet artistique. Explications à l’occasion de la quatrième édition.

Quel esprit a guidé la création des Rencontres InCités ?

Lionel Massétat : Le théâtre de Saint-Quentin est situé sur le territoire de Paris-Saclay, périmètre où se concentre environ 20 % de la recherche française. La question initiale était donc de savoir comment un théâtre pouvait être perméable à un territoire.  Ensuite, l’envie était d’ouvrir le théâtre à d’autres paroles que la parole artistique, pour mieux contextualiser le geste artistique et nourrir la réflexion. Au cours d’une saison, un directeur de théâtre aborde des dizaines de thématiques et parfois, l’envie se fait sentir de s’arrêter sur certaines d’entre elles. Enfin, j’ai constaté qu’on ne revendique plus la notion « d’éducation populaire » depuis ce qu’on peut appeler la professionnalisation des lieux de production et d’éducation artistique, à fin des années 80.

Cette envie d’ouvrir le théâtre à d’autres paroles vous était-elle propre ou la ressentiez-vous chez d’autres professionnels ?

L. M. : Elle m’était propre depuis des années, mais il était difficile de la mettre en œuvre dans les précédents théâtres que j’ai dirigés pour des questions d’organisation et de temps. Je me suis rendu compte aussi en réfléchissant sur ces formats que d’autres théâtres étaient préoccupés par cette idée. Je pense au projet des Amandiers de Nanterre, de la MC93, d’Évry, au Théâtre Hexagone de Meylan…

« L’envie était d’ouvrir le théâtre à d’autres paroles que la parole artistique. »

Pour cette quatrième édition, le thème est « la ville de demain et ses défis ». Est-ce parce que 2020 est l’année des élections municipales ?

L. M. : Ce qui est amusant, c’est que c’est seulement après avoir choisi ce thème que nous nous sommes aperçus qu’il tombait en plein dans les municipales ! Mais finalement, c’est intéressant car s’il s’agit d’une question politique, notre positionnement n’a rien de politicien. En réalité, nous nous demandions ce qu’était Saint-Quentin-en-Yvelines. Cette ville nouvelle construite sur le modèle de Paul Delouvrier jouxte une autre ville nouvelle, Versailles, dont le modèle a influencé les grandes villes européennes. Et juste à proximité se trouve également une ville nouvelle qui ne dit pas son nom : le plateau de Saclay. Le thème de cette année découle de ce constat, et d’un autre, à savoir que selon l’ONU, 80 % de la population mondiale habitera en ville dans les 20 ou 30 ans à venir.

Qui vous aide à établir la programmation des tables rondes ?

L. M. : Nous ne cherchons pas forcément un spécialiste mais quelqu’un qui possède une vision globale à 360° sur le thème choisi. Alors que pour les éditions précédentes, nous avions fait appel à des scientifiques, cette année, c’est un journaliste, Christophe Leray, rédacteur en chef d’un magazine en ligne Chroniques d’architecture. Avec lui, nous avons listé les thèmes qui entrent dans notre problématique générale avant de les regrouper ou d’en éliminer. Nous essayons de conserver uniquement ceux qui peuvent intéresser le grand public. Nous identifions ensuite les personnes qui possèdent une vraie complémentarité à l’intérieur d’une table ronde et nous leur proposons de participer.

Quel bilan tirez-vous des précédentes éditions ?

L. M. : Globalement, et depuis le début, 5000 spectateurs viennent aux Rencontres InCité. Je constate un fort intérêt pour que le théâtre s’empare de thématiques autrement que par le spectacle, en complément du théâtre. Je note aussi que des personnes viennent au théâtre pour des tables rondes alors qu’elles n’y avaient jamais mis les pieds avant. Ce que j’aimerais, c’est qu’il y ait plus de circulation entre les différentes propositions : que ceux qui vont voir un spectacle assistent aussi à une table ronde, et vice-versa.

Selon vous, ces rencontres sont-elles un moyen, pour les citoyens, de se réapproprier la ville ?

L. M. : Je les vois plutôt comme une expérience avant la démocratie participative. Dans les communes qui ont mis en place des démocraties participatives, des groupes de citoyens sont tirés au sort pour réfléchir à des sujets comme l’enfouissement des ordures ménagères. Avant de se prononcer, ils entendent des spécialistes du thème pour parvenir à une vision globale. Les Rencontres InCité se situent avant : nous nous adressons moins aux spectateurs de théâtre qu’aux spectateurs citoyens, sachant que sur chacune des tables rondes, l’idée n’est pas d’imposer un point de vue mais de créer une diversité de points de vue complémentaires. Comment nourrir sa pensée pour se réapproprier le monde dans lequel on vit ? Contrairement à ce qui nous est vendu, ce monde ne me semble pas d’une complexité abyssale. Il faut sortir de cette idée que le monde est tellement complexe qu’on n’a pas de prise sur lui. Les rencontres, c’est redonner une prise, c’est créer un mur d’escalade avec des aspérités !

 

Focus réalisé par Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

du Samedi 14 mars 2020 au Samedi 21 mars 2020
Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines - Scène nationale
Place Georges Pompidou, 78054 Saint-Quentin en Yvelines.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre