La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -259-Théâtre de l’Archipel, scène nationale de Perpignan.

Le théâtre, à la fois refuge et découverte de l’altérité

Le théâtre, à la fois refuge et découverte de l’altérité - Critique sortie Théâtre Perpignan Théâtre de l’Archipel - scène nationale de Perpignan.
D. R. photo Borja Sitjà

Entretien Borja Sitjà

A la tête du Théâtre de l’Archipel depuis 2016, Borja Sitjà soutient activement la création et consolide la relation entre le lieu, les artistes et le public.

Quel est votre regard sur le Théâtre de l’Archipel ?

Borja Sitjà : C’est l’un des plus beaux théâtres de France, construit par Jean Nouvel et inauguré en 2011. Les artistes trouvent ici toutes les ressources techniques possibles pour créer. C’est un outil magnifique, avec une grande salle et trois jauges possibles, une salle de 400 places avec gradins rétractables, une salle de répétition avec grand plateau, une grande verrière qui fait le lien… Seule une cuisine manque, même si aux alentours de nombreux bars à tapas et restaurants ont ouvert depuis l’inauguration !

« J’aime le déséquilibre qu’apporte l’art. »

Qui sont les artistes que vous accompagnez ?  

B. S. : Nous soutenons les artistes à travers diverses actions, car ce sont leurs présences et leurs créations qui construisent la saison, qui lui donnent sa tonalité et sa couleur. C’est très motivant de se laisser bousculer par les artistes, de se laisser étonner et déranger par eux. J’aime le déséquilibre qu’apporte l’art. Nous accompagnons des artistes dans notre maison pendant trois ans ou plus : Georges Lavaudant, Roland Auzet, la compagnie Ricci / Forte, Nicolas Oton et le collectif Machine Théâtre, qui créera l’an prochain une adaptation de Crime et Châtiment -, Honji Wang et Sébastien Ramirez. Ces artistes sont des compagnons de voyage. Et chaque saison, nous mettons aussi en place diverses résidences et coproductions. Nous soutenons cette année la création de Meute / Une légende de Caroline Stella dans la mise en scène de Mariana Lézin, qui développe une écriture de plateau originale que j’aime beaucoup. La compagnie catalane La Baldufa crée Mon Père est un ogre, un spectacle jeune et tout public autour de la figure d’un père en prison. Anna Thibaut et Sébastien Fenner inventent un univers inspiré par la fantaisie de Chagall avec Un Balcon entre Ciel et Terre, destiné aux tout-petits. C’est une grande responsabilité de convoquer le jeune public au théâtre.

Comment concevez-vous le lieu du théâtre ?

B. S. : C’est un lieu à part, où les gens doivent venir sans peur et se sentir tranquilles. On y écoute des choses très agréables ou pas agréables du tout, des choses qui font réfléchir, qui font rire ou pleurer. Trop souvent les gens sont intimidés par le théâtre, ont peur de franchir ses portes, de ne pas comprendre ce qui s’y passe, c’est quelque chose qu’il faut casser. Le théâtre est un refuge : c’est un lieu complètement protégé par l’art lui-même.

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

Théâtre de l’Archipel - scène nationale de Perpignan.
Avenue Général Leclerc, 66003 Perpignan, France

Tél : 04 68 62 62 00.


theatredelarchipel.org


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre