La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -210-Théâtre National de Chaillot

Entretien Didier Deschamps

Entretien Didier Deschamps - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre national de Chaillot
Didier Deschamps

Publié le 30 mai 2013 - N° 210

Œuvrer pour la liberté des artistes  

Didier Deschamps a conçu sa deuxième saison à la tête du Théâtre National de Chaillot, attentif à ce qui nous fonde et à ce qui évolue. 

« Un outil au service du renouvellement artistique, mais aussi de l’accompagnement de grandes figures de la danse ou du théâtre. »

Quels sont les travaux prévus au théâtre ?

Didier Deschamps : Les travaux vont commencer le 1er juillet prochain et vont concerner plusieurs zones, en particulier la salle Gémier, salle intermédiaire de 400 places, que nous allons refaire entièrement, et qui nous sera rendue le 1er janvier 2016. Cette salle ne répond plus à un ensemble de normes, concernant la visibilité de la scène par le public, et la scène elle-même, extrêmement contrainte sur le plan technique. Sont aussi prévues la création d’un monte-charge pour l’accès décor au grand plateau Jean Vilar, qui aujourd’hui est un cheminement invraisemblable, pénible et coûteux, ainsi que l’installation d’ascenseurs qui vont desservir tous les étages du théâtre, y compris le grand foyer aujourd’hui difficile d’accès pour les personnes à mobilité réduite. Le théâtre date de 1965 et n’a jamais bénéficié d’aucun aménagement. Les travaux visent aussi à réduire considérablement la pénibilité pour l’ensemble des équipes du théâtre ; dans ce bâtiment classé, immense espace de 22000 mètres carrés, on recense beaucoup de ruptures de charge, et les ateliers nécessaires à l’activité sont éclatés un peu partout. Les aménagements vont permettre une nette amélioration du fonctionnement. Le ministère de la Culture assume la totalité du coût des travaux, soit 20 millions d’euros, et nous sommes reconnaissants de cet engagement maintenu malgré la contrainte budgétaire.

Quelle est votre ambition artistique pour cette saison à venir ?

D. D. : Le Théâtre National de Chaillot est un outil au service du renouvellement artistique, mais aussi de l’accompagnement de grandes figures de la danse ou du théâtre. Notre culture tend à oublier le rapport à l’Histoire, au répertoire, au patrimoine. Dire cela, ce n’est pas avoir le regard tourné en arrière. Au contraire, cette connaissance permet de mettre en articulation et en résonance tout ce qui nous constitue et permet justement aux artistes d’aller plus loin, d’explorer de nouveau territoires. Nous sommes dans une écoute très fine des évolutions artistiques, et nous assumons l’accompagnement des artistes dans la durée. Deux grands axes caractérisent la prochaine saison. Le premier concerne la venue de grands ballets, que j’appelle ballets contemporains – fonctionnant avec une troupe permanente, un répertoire et des créations -, dont certains sont absents des scènes franciliennes depuis longtemps : nous accueillons le Nederlands Dans Theater, les Ballets de Monte Carlo, le Alonzo King LINES Ballet, les Ballets Biarritz de Thierry Malandain, la compagnie d’Angelin Preljocaj…

L’autre grand axe qui irrigue l’ensemble de la programmation met en lumière le conte, le merveilleux, des textes fondateurs de l’humanité revisités par des artistes d’aujourd’hui. David Bobee s’intéresse aux Métamorphoses d’Ovide, avec la troupe moscovite époustouflante de Kirill Serebrennikov, qui crée quant à lui Le Songe d’une nuit d’été. Le napolitain Luca De Fusco réinvente Antigone, Catherine Diverrès met en forme Penthésilées et interroge la place de la femme dans la société, Denis Guénoun s’inspire du Livre XI des Confessions de Saint-Augustin,  Jean-Claude Gallotta reprend son épopée contemporaine Yvan Vaffan, José Montalvo nous offre le burlesque Don Quichotte du Trocadéro, Macha Makeïeff propose un réjouissant Ali Baba…  Par ailleurs, un temps fort au mois de juin présente plusieurs compagnies venues du Japon, familières ou méconnues : Saburo Teshigawara, Kaori Ito, Hideki Noda, directeur du Tokyo Metropolitan Theatre. Nous allons aussi organiser régulièrement  des manifestations dans le grand foyer, et très ponctuellement des spectacles seront programmés hors les murs en partenariat avec d’autres lieux. En outre, les propositions de L’Art du spectateur, très appréciées, se renouvellent.

Quelle est la place de la création au sein de la saison ?

D. D. : De nombreuses créations et premières françaises sont programmées la saison prochaine. Les artistes en résidence, David Bobee, en association avec la troupe de Kyrill Serebrennikov, Daniel Dobbels et Alban Richard proposent leurs créations mondiales. Nous sommes de plus en plus engagés dans le soutien à la production des créations : c’est l’une des missions premières d’un théâtre national. Nous sommes par exemple producteurs délégués d’une création d’André Engel qui inaugurera la saison avec deux pièces d’Ödön von Horváth, écrites en 1923 et 1933, qui entrent en résonance avec notre époque où la poussée des extrémismes et les entraves à la liberté s’intensifient. Le théâtre s’affirme ici comme  lieu de résistance aux forces obscurantistes, comme espace de liberté, de partage, de rassemblement et d’accueil.

 

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

Saison 2013 / 2014
du mardi 1 octobre 2013 au lundi 30 juin 2014
Théâtre national de Chaillot
1 place du Trocadéro, 75016 Paris
Tél : 01 53 65 30 00. www.theatre-chaillot.fr
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre