La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Enfance et adolescence de Jean Santeuil

Enfance et adolescence de Jean Santeuil - Critique sortie Théâtre Toulouse Théâtre national de Toulouse
Enfance et adolescence de Jean Santeuil, mis en scène par Agathe Mélinand © Polo Garat

Théâtre National de Toulouse / d’après Marcel Proust / mes Agathe Mélinand

Dans Enfance et adolescence de Jean Santeuil, Agathe Mélinand aborde le roman de jeunesse inachevé de Marcel Proust comme une œuvre aboutie. Et échoue à en traduire la singularité.

« Puis-je appeler ce livre un roman ? C’est moins et peut-être bien plus, l’essence même de ma vie, recueillie sans y rien mêler, dans ces heures de déchirure où elle découle. Ce livre n’a jamais été fait, il a été récolté ». Allongé sur un lit d’enfant en métal, le jeune Quentin Dolmaire, notamment comédien d’Arnaud Desplechin depuis le fameux Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) (1996), promet par ces mots une immersion dans une matière aussi fragmentaire que foisonnante. Soit le texte le plus méconnu et le plus autobiographique de Marcel Proust : Jean Santeuil, roman inachevé et publié seulement en 1952 chez Gallimard, en trois volumes préfacés par André Maurois. Autant que l’histoire d’un jeune garçon dont la sensibilité exacerbée fait étrangement penser à celui de La Recherche – laquelle a donné lieu à de nombreuses tentatives théâtrales, dont une des plus récentes et réussies est celle de Warlikowski avec Les Français (2016) –, on s’attend à voir se matérialiser sur le plateau presque nu de Enfance et adolescence de Jean Santeuil les questionnements du romancier âgé de vingt-quatre ans lorsqu’il commence son œuvre. Ceux d’Agathe Mélinand aussi qui, comme l’ont fait de nombreux artistes et lecteurs, contemporains ou non de Proust, aurait pu chercher dans le livre les traces du futur chef-d’œuvre ou, au contraire, de sujets et de tentatives stylistiques abandonnées plus tard. Il n’en est rien.

Une jeunesse sans reliefs

La metteure en scène et co-directrice du Théâtre National de Toulouse opte pour une adaptation assez linéaire de Jean Santeuil, et pour un espace-temps indéfini. Pour une neutralité qui nous place quelque part entre le Illiers de Proust et la France d’aujourd’hui, mais où se déroule une suite de tableaux chronologiques. Un portrait de Jean Santeuil et du petit cercle social qui l’entoure, de l’enfance délicate du héros à son adolescence rêveuse et absorbée par la littérature. Régulièrement chahuté par des parenthèses lors desquelles les huit comédiens de la distribution adoptent un statut de narrateur, ce réalisme qui aurait pu séduire manque de chair. Entre incarnation et distance imposée par la phrase proustienne – sans doute moins labyrinthique que dans La Recherche, mais déjà bien longue –, les comédiens peinent à trouver leurs repères. Certains se réfugient alors dans la caricature du bourgeois ; d’autres dans un lyrisme apathique qui les place à côté de leurs personnages. Quentin Dolmaire, lui, s’en sort en affichant une perpétuelle moue enfantine, vaguement boudeuse. Si en deux heures à peine, Enfance et adolescence de Jean Santeuil a le mérite de résumer près de mille pages, il le fait donc d’une manière studieuse et sans passion. Peu apte à alimenter des flammes proustiennes ou des curiosités voyageuses.

Anaïs Heluin

A propos de l'événement

Enfance et adolescence de Jean Santeuil
du Mercredi 15 novembre 2017 au Samedi 16 décembre 2017
Théâtre national de Toulouse
1 Rue Pierre Baudis, 31009 Toulouse, France

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche 3 décembre à 16h. Durée : 2h. Tel : 05 34 45 05 05. www.tnt-cite.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre