La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Dialogues des Carmélites

Dialogues des Carmélites - Critique sortie Théâtre Paris CARTOUCHERIE
La Compagnie Le Théâtre de L’Arc en Ciel crée Dialogues des Carmélites, à L’Epée de Bois. Crédit : Tekoaphotos

Théâtre de l’Epée de Bois / de Georges Bernanos / mes et adaptation Olivier Fenoy et Bastien Ossart

Publié le 28 janvier 2016 - N° 240

Chœur, coryphée, chants grégoriens, pensées mystiques, contextualisations historiques : la Compagnie Le Théâtre de l’Arc en Ciel crée une version augmentée de Dialogues des Carmélites, de Georges Bernanos.

On dit de Dialogues des Carmélites1 qu’il s’agit du testament spirituel de Georges Bernanos. Ecrit dans les derniers mois de sa vie, alors que l’auteur se savait condamné par la maladie qui l’emporta en 1948, à l’âge de soixante ans, ce projet de scénario2 adapté d’une nouvelle de Gertrud von Le Fort (La Dernière à l’Échafaud, texte lui-même inspiré du témoignage3 laissé par l’une des religieuses ayant survécu à l’exécution des carmélites de Compiègne, en 1794) regroupe en effet tous les questionnements qui font la matière d’une œuvre du supplice et de l’extase. Explorations des paradoxes attachés à la peur, au doute, au mystère de la foi, à l’idée de détachement, de bonheur, de vocation, à la liberté individuelle, à l’engagement, à la révolte, à la soumission, à la voie du martyre… Ce sont toutes ces réflexions sur les tours et détours de la conscience humaine que l’on retrouve dans Dialogues des Carmélites, que mettent aujourd’hui conjointement en scène, au Théâtre de l’Epée de Bois, Olivier Fenoy et Bastien Ossart. Ils le font en agrémentant ce texte de divers apports, qui empruntent à la tradition de la tragédie antique, ainsi qu’aux souffles catholiques souvent associés à l’écriture de Bernanos.

 Théâtre antique et souffles catholiques

Un chœur vient ainsi éclairer les événements historiques liés à cet épisode de la Terreur. Une comédienne jouant le rôle de coryphée dit et chante des pensées de différents mystiques : Thérèse d’Avila, Djalâl ad-Dîn Rûmî, Jean de la Croix… Si l’on ajoute à cela une création musicale dans l’esprit grégorien (signée Evelyne Causse), cette version augmentée de Dialogues des Carmélites n’est pas loin, par moments, de la célébration liturgique. Une façon, peut-être, de choisir la lumière plutôt que l’obscurité, l’espérance plutôt que le doute et la violence qui l’accompagnent. C’est le principal reproche que l’on fera à cette proposition au sein de laquelle émergent, malgré tout, les ambiguïtés et les oscillations passionnantes auxquelles s’attache l’œuvre de l’écrivain. Interprété par une troupe de quinze comédiens, le spectacle du Théâtre de l’Arc en Ciel fait preuve de belles qualités d’incarnation et d’évocation. Et si les troubles contenus dans cette écriture des profondeurs de l’âme se voient ici, en partie, atténués, les impulsions de vie qui les accompagnent s’expriment, elles, à travers toute leur vérité.

Manuel Piolat Soleymat

1 Texte publié aux Editions du Seuil, 1949.

2 Commandé par Philippe Agostini et Raymond Leopold Bruckberger, pour un film qu’ils réaliseront en 1960.

3 La Relation du martyre des seize carmélites de Compiègne, par sœur Marie de l’Incarnation.

A propos de l'événement

Dialogues des Carmélites
du Vendredi 15 janvier 2016 au Dimanche 21 février 2016
CARTOUCHERIE
Route du Champ de Manoeuvres, 75012 Paris, France

Du mercredi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h. Durée de la représentation : 2h30. Tél. 01 48 08 39 74. www.epeedebois.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre