La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Au Bois

Au Bois - Critique sortie Théâtre Paris La Colline - Théâtre national
Au Bois, de Claudine Galea, mis en Scène par Benoît Bradel. Crédit : Jean-Louis Fernandez

La Colline – Théâtre national / de Claudine Galea / mes Benoît Bradel

Publié le 23 avril 2018 - N° 265

Créée au Théâtre national de Strasbourg le 14 mars dernier, la projection contemporaine du Petit Chaperon rouge imaginée par Claudine Galea est aujourd’hui reprise au Théâtre national de La Colline. Un conte féroce et obscur desservi par une mise en scène manquant de netteté.

Lauréate, en 2011, du Grand Prix de Littérature dramatique pour Au Bord*, Claudine Galea (qui fait partie du collectif d’artistes associés au projet du Théâtre national de Strasbourg) est l’auteure d’une œuvre théâtrale plus que singulière, aventureuse. Une œuvre dont les préoccupations sont ancrées dans des questions qui bousculent notre époque et dont le style haché, polyphonique, voire kaléidoscopique, frôle parfois le formalisme. Au Bois*, est une lointaine parente du Petit Chaperon rouge. Une pièce qui joue avec les motifs d’un conte charrié par la mémoire populaire depuis des siècles, sans jamais chercher à lui être fidèle. Apre, sombre, nourri d’un humour mordant, le texte de Claudine Galea ne présente pas une gentille petite fille obéissant sagement aux instructions de sa mère, mais une adolescente d’aujourd’hui qui a bien mieux à faire que d’aller voir son aïeule. C’est donc sa mère qui traversera le bois pour effectuer la visite. Une mère-célibataire à la vie terne et laborieuse qui pourrait bien rêver, dans le mystère de ses désirs inavoués, d’une rencontre imprévue lors de sa pérégrination forestière.

Séphora Pondi : une révélation

Outre cette mère et sa fille au caractère bien trempé, Au Bois fait intervenir un loup, un chasseur, le bois lui-même, la rumeur publique et diverses voix. Autant de protagonistes qui, au sein de cette œuvre-partition laissant la distribution de la parole entièrement libre, se partagent le texte selon l’organisation voulue par le metteur en scène. C’est ici Benoît Bradel, directeur de la compagnie Zabraka, qui a présidé à ces choix et dessiné les lignes d’une représentation sans véritable colonne vertébrale. L’écriture pointue de Claudine Galea aurait mérité davantage d’inspiration et de netteté. Car ce spectacle – fait de scènes filmées, chantées et de tableaux purement théâtraux – peine à affirmer le tranchant d’une pièce traversée de résonances écologiques, féministes, existentielles… Heureusement, quelques moments de jeu marquent l’esprit. On les doit notamment au toujours insolite Raoul Fernandez, qui incarne un chasseur-prédateur d’une ambiguïté troublante. Mais aussi à Séphora Pondi. Dans le rôle de la fille, la jeune comédienne (sortie de l’Ecole régionale d’Acteurs de Cannes et Marseille en 2017) est une véritable révélation. On s’accroche à sa belle et forte présence qui est le plus sûr atout de cette proposition incertaine.

 

Manuel Piolat Soleymat

 

* Les œuvres théâtrales de Claudine Galea sont publiées aux Editions Espaces 34.

A propos de l'événement

Au Bois
du Jeudi 3 mai 2018 au Samedi 19 mai 2018
La Colline - Théâtre national
15 rue Malte-Brun, 75020 Paris

Petit Théâtre. Du mercredi au samedi à 20h, le mardi à 19h, le dimanche à 16h. Durée de la représentation : 1h25. Spectacle vu le 21 mars 2018 au Théâtre national de Strasbourg. Tél. : 01 44 62 52 52. www.colline.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre