Classique / Opéra - Entretien / Leonardo García Alarcón

Un roi à Versailles

Pour Alarcon, Francesco Cavalli, dont il a révélé toute la portée de l’œuvre avec Elena au Festival d’Aix-en-Provence en 2013, compte parmi les grands compositeurs fondateurs de l'art de l'opéra. © JB Millot

CHATEAU DE VERSAILLES / BAROQUE

Omniprésent sous les ors versaillais en ce début d’année, le chef d’orchestre argentin Leonardo García Alarcón revient à son compositeur fétiche Francesco Cavalli, avec la reprise de la production d’Il Giasone (1649)  mise en scène par Serena Sinigaglia, créée il y a un an au Grand Théâtre de Genève avec sa Cappella Mediterranea. Avant cela, il aura fait un détour du côté de Lully, à la tête du Chœur de Chambre de Namur et de son autre formation, le Millenium Orchestra.

Parlez-nous de cet ouvrage majeur, Il Giasone de Cavalli, que vous allez reprendre à l’Opéra Royal…

Leonardo García Alarcón : Il Giasone de Francesco Cavalli, œuvre la plus jouée durant le XVIIe siècle, est une pièce possédant tout ce que le public vénitien pouvait attendre : le comique à l’extrême avec des personnages travestis, un rythme musical et d’actions très intense grâce au livret, aux lamentations et aux lamenti, ce genre musical typiquement vénitien…  Cavalli a selon moi probablement écrit dans cet opéra l’un des plus beaux lamenti jamais composé. Il invente pour la première fois dans cette pièce ce qu’il appelle Arioso : les récitatifs ne sont plus ces pièces où l’on entend simplement parler, mais une mélodie continuelle, du début à la fin de l’œuvre. Cette invention de Cavalli va faire de lui le plus grand mélodiste de l’Opéra de son temps.

« Versailles est à mes yeux le lieu de création artistique le plus puissant de l’histoire occidentale. »

A Versailles, dans la Chapelle Royale, vous allez aussi aborder Les Grands Motets de Lully : Dies IraeDe Profundis et le majestueux Te Deum. Quelle est votre approche de cette musique ?

L. G. A. : J’aborde avant tout ces œuvres en considérant que Lully est un musicien italien, connaissant l’harmonie créée pour les grands oratorios de Carissimi à Rome qui ont influencé toute la musique sacrée italienne. Il va y associer les couleurs de la musique française et la magnificence avec laquelle la France, depuis toujours, rend hommage à la mémoire de ses rois. La musique que nous allons jouer a été composée pour les funérailles de Marie Thérèse en 1682.

Vous allez prochainement passer beaucoup de temps à Versailles. Quelles sensations particulières ressentez-vous dans ce contexte si exceptionnel ?

L. G. A. : Faire de la musique à Versailles est toujours pour moi une grande émotion, sachant que ce lieu dédié aux arts, initié par Louis XIV, permit aux courants esthétiques français et italiens de se retrouver : Francesco Cavalli y joue pour la première fois à l’occasion du mariage de Louis XIV ; l’opéra Orfeo de Luigi Rossi est le premier opéra joué en France en 1646 ; Jean-Baptiste Lully y rencontre Molière ; et surtout  l’Académie Royale de Musique y est créée en 1669. Versailles est à mes yeux le lieu de création artistique le plus puissant de l’histoire occidentale, à l’image de ce que fut en son temps la Renaissance italienne. A chaque fois que mes pas foulent ces lieux, je sens revivre en moi l’esprit artistique de cette époque.

 

Propos recueillis par Jean Lukas.

A propos de l'événement

du Mardi 6 février 2018 au Mardi 6 février 2018
CHAPELLE ROYALE DU CHATEAU DE VERSAILLES
4 Avenue de Paris, 78000 Versailles.

(Lully) à 20h. Places : 30 à 130 €.


Tél. : 01 30 83 78 89


Opéra de Versailles (Cavalli), Vendredi 9 mars à 20h et samedi 10 à 19h. Places : 45 à 140 €.


Mots-clefs :, , ,

A lire aussi sur La Terrasse

Classique / Opéra - Agenda

Douglas Boyd

Le chef écossais dans deux programmes autour [...]

Douglas Boyd : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction