La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Les Musicales de Bagatelle : au service des musiciens de demain

Les Musicales de Bagatelle : au service des musiciens de demain - Critique sortie Classique / Opéra 75016 Paris Orangerie de Bagatelle - Parc de Bagatelle - Bois de Boulogne - Grille d’Honneur
Rodolphe Bruneau-Boulmier © DR

Festival / Orangerie du Parc de Bagatelle

Publié le 13 juin 2019 - N° 277

Depuis vingt-cinq ans, la Fondation Banque Populaire s’engage auprès des jeunes musiciens, qu’elle accompagne dans leur début de carrière et les aidant à réaliser leurs projets. Vitrine artistique de ses actions, le festival Les Musicales de Bagatelle réunit les lauréats de la fondation – des interprètes et un compositeur. Nouveau conseiller artistique, le compositeur Rodolphe Bruneau-Boulmier, lui-même lauréat en 2015, signe ici ses premières Musicales, placées sous le signe du partage par la musique de chambre.

ENTRETIEN RODOLPHE BRUNEAU-BOULMIER,
NOUVEAU « CHEF-D’ORCHESTRE » DES MUSICALES DE BAGATELLE

Vous avez été lauréat de la Fondation Banque Populaire en 2015. Qu’est-ce que cela vous a apporté ?
Rodolphe Bruneau-Boulmier :
Il faut souligner tout d’abord que la Fondation Banque Populaire est l’une des rares, sinon la seule fondation à distinguer ainsi les compositeurs. Symboliquement, c’est important. Les bourses attribuées servent généralement à financer des projets personnels. En l’occurrence, puisque mon travail de producteur à France Musique m’éloigne de besoins financiers immédiats, j’ai pu consacrer cette ressource tout entière à la réalisation d’un projet de festival de piano au Louvre-Lens. J’ai travaillé à cette occasion avec les autres lauréats de la fondation, une idée que l’on retrouve cette année avec le premier concert, intitulé « Génération Fondation Banque Populaire », qui réunit les lauréats 2019, car l’essentiel pour un jeune musicien – instrumentiste ou compositeur -, c’est de jouer ou d’être joué. C’est gratifiant pour les musiciens, mais aussi pour le public car quand on regarde la liste des lauréats depuis 25 ans, on s’aperçoit que la fondation ne s’est pas beaucoup trompée !

« Quand on regarde la liste des lauréats depuis 25 ans, on s’aperçoit que la Fondation ne s’est pas beaucoup trompée ! »

Comment votre regard de compositeur se traduit-il dans votre programmation ?
R. B.-B.:
Bien sûr, un compositeur sera plus sensible à ses pairs et à la création contemporaine, mais il est aussi plus libre vis-à-vis du répertoire. Je crois par exemple que je conçois les programmes autrement que le ferait un instrumentiste, en jouant sur des références historiques, des enchaînements de tonalité, quitte à passer d’une configuration instrumentale à une autre. Ce qui me guide, dans mes différentes activités, c’est le rapport aux musiciens : un lien intime lorsqu’on compose pour eux, une démarche de promotion pour faire connaître leur travail – ce que je fais à la radio –, et enfin un accompagnement par la production lorsqu’on les fait monter sur scène.

Élaborez-vous ensemble les programmes avec les musiciens ?
R. B.-B. :
Tout se fait dans le dialogue. Pour le concert des lauréats, l’idée était vraiment de faire jouer tout le monde et de programmer aussi le compositeur qui vient d’obtenir la bourse, afin de sortir la musique contemporaine de son isolement. Nous avons préféré la musique de chambre, plutôt que de juxtaposer les pièces solistes. Les autres programmes sont plutôt des « cartes blanches » : autour de Schumann avec la pianiste Claire Désert, qui a rejoint le jury de la fondation (et qui invite le Quatuor Hermès, lauréat en 2014), sur le thème de la nature avec le violoncelliste Christian-Pierre La Marca, et un programme jeune public autour des Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur, relus musicalement par la pianiste Claire-Marie Le Guay et la comédienne Carole Bouquet.

Propos recueillis par Jean-Guillaume Lebrun

Génération Fondation Banque Populaire
Les noms à l’affiche de ce premier concert ne sont pas encore connus du grand public. Mais il suffit de parcourir la liste des musiciens distingués depuis vingt-cinq ans pour les reconnaître : Bertrand Chamayou, Vanessa Wagner, Renaud et Gautier Capuçon, David Grimal, Antoine Tamestit, David Guerrier, parmi tant d’autres, montrent quelques parcours à suivre. À découvrir cette année, dans un programme de trios – des romantiques Weber, Mendelssohn et Brahms à Matteo Franceschini (né en 1979), compositeur lauréat 2019 –, la pianiste Hélène Fouquart, les violonistes Raphaëlle Moreau et Marie-Astrid Hulot, le violoncelliste Jérémy Garbarg et le flûtiste Yuan Yu.
Samedi 15 juin à 16 h


Claire Désert avec le Quatuor Hermès : Schumann à la folie

Claire Désert voue une passion à la musique de Schumann depuis toujours – en tout cas depuis que son maître Jean Hubeau la lui a transmise. Son tout premier disque lui était naturellement consacré et, depuis, elle revisite inlassablement les couleurs et les ombres du compositeur rhénan. Au programme de ce concert à Bagatelle : les trois Romances op. 28, pleines d’effusions et de fantaisie, entre douceur et tumulte, qu’elle a récemment enregistrées pour le label Mirare, mais aussi le Quintette op. 44 qu’elle partage ici avec le Quatuor Hermès. Claire Désert vient de rejoindre le jury de la Fondation Banque Populaire, poursuivant ainsi l’engagement auprès des jeunes musiciens qu’elle exerce avec passion au CNSM de Paris.
Samedi 15 juin à 18 h

Claire-Marie Le Guay et Carole Bouquet, duo de choc et de charme
Claire-Marie Le Guay aime « éveiller l’écoute », quel que soit le public auquel elle s’adresse. Enseignante au CNSM de Paris, directrice artistique du Festival de Dinard, la pianiste s’est beaucoup intéressée à la transmission de la musique au jeune public, par des séries de concerts mais également à travers des expériences originales comme cette adaptation des Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur par Anaïs Vaugelade, où la musique de Schumann vient en appui de la narration. Pour porter ce conte musical à Bagatelle, Claire-Marie Le Guay a invité la comédienne Carole Bouquet. Un dialogue du texte et de la musique cher à la pianiste, qui joue actuellement au côté de l’acteur Francis Huster un spectacle consacré à Vladimir Horowitz.
Dimanche 16 juin à 15 h

Christian-Pierre La Marca ou la nature dans tous ses états
Pour ce programme-fleuve, entièrement consacré à l’évocation musicale de la nature, le violoncelliste Christian-Pierre La Marca a invité trois autres anciens lauréats de la Fondation Banque Populaire : le guitariste Emmanuel Rossfelder, l’accordéoniste Vincent Lhermet et le pianiste Florian Noack. Parmi quelques pièces emblématiques du répertoire pour violoncelle et piano – de Dvorak à Popper, de Saint-Saëns à Fauré – se glissent quelques arrangements exotiques ou inattendus (extraits des Quatre saisons de Vivaldi et Piazzolla, Chant des oiseaux de Pablo Casals) qui tous rendent hommage à la nature, tantôt sereine, tantôt inquiétante, habitée ou contemplée.
Dimanche 16 juin à 17 h

A propos de l'événement

Les Musicales de Bagatelle
du Samedi 15 juin 2019 au Dimanche 16 juin 2019
Orangerie de Bagatelle - Parc de Bagatelle - Bois de Boulogne - Grille d’Honneur
Orangerie du Parc de Bagatelle, 75016 Paris.

Orangerie du Parc de Bagatelle, 75016 Paris.

Tél. : 01 58 40 45 89.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra