La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Festival baroque de Pontoise

Festival baroque de Pontoise - Critique sortie Classique / Opéra
Louis-Noël Bestion de Camboulas et l’ensemble Les Surprises, en résidence au Festival baroque de Pontoise. DR

BAROQUE / VAL D’OISE

Publié le 21 août 2017 - N° 257

Sous le mot d’ordre fédérateur des « réjouissances », cette 32e édition du festival réunit la fine fleur de l’interprétation baroque et, comme à l’accoutumée, marie la musique à d’autres formes artistiques.

En cette année Telemann (250e anniversaire de sa mort), le compositeur allemand mobilise les forces de la jeune génération. Le flûtiste et chef d’orchestre Alexis Kossenko présente avec son ensemble Les Ambassadeurs « Telemann en habits italiens » (1er octobre), où se font sentir l’influence des auteurs lyriques mais aussi le style instrumental de Vivaldi, Tartini ou Sammartini. L’ensemble La Rêveuse poursuit (le 21 octobre) l’évocation de cet esprit européen du xviie siècle, ouvert aux influences venues d’Italie ou de France, sensible aussi aux nouveaux styles émergents, avec un regard croisé sur les œuvres de Telemann et Haendel. Telemann n’éclipsera cependant pas le reste de l’Europe baroque. Fort de la résidence du jeune – et brillant – ensemble Les Surprises, le répertoire français sera largement illustré. La formation dirigée par Louis-Noël Bestion de Camboulas donne un premier concert le 24 septembre consacré à la musique au temps de Louis XV (Brossard, Campra, Clérambault, Montéclair…), plus propice aux réjouissances que celui du « roi de guerre » Louis XIV. Un second rendez-vous (le 15 octobre) est consacré à l’opéra et aux œuvres des Rebel père (Jean-Féry) et fils (François), pour la plupart inédites.

Résurrections et rendez-vous insolites

D’autres concerts verront la résurrection d’œuvres plus ou moins oubliées. C’est le cas de la Missa concertata, contribution de Francesco Cavalli à la célébration de la Paix des Pyrénées et du mariage de Louis XIV avec l’infante Marie-Thérèse. Benjamin Chénier, qui avait déjà présenté ici en 2015 la Messe « pour la naissance du Grand Dauphin » (le futur Louis XIV) de Giovanni Rovetta, poursuit ainsi son évocation des relations politico-musicales entre Venise et le Royaume de France à la tête du Galilei Consort (7 octobre). Hervé Niquet, avec Le Concert spirituel (le 22 octobre), a quant à lui choisi de présenter la Messe « Ad majorem Dei gloriam » de Campra en regard des célébrissimes Gloria et Magnificat de Vivaldi, qu’ils ont récemment enregistrés chez Alpha. On notera enfin des rendez-vous insolites : « Yvette », un cabaret baroque proposé par Les Musiciens de Saint-Julien (10 octobre), un opéra-comique allégorique revisitant la propre histoire du genre (Les Funérailles de la foire par la compagnie Pêcheur de perles, le 14 octobre), une fête à la cour de François Ier à laquelle l’ensemble Doulce Mémoire redonne vie (3 octobre) ou encore une création de Sylvain Watmann reliant les Fables de La Fontaine et la musique de Robert de Visée aux récits et musiques de l’Inde du Nord (17 octobre).

 

Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Festival baroque de Pontoise
du Samedi 23 septembre 2017 au Dimanche 22 octobre 2017

Pontoise, France

Tél. : 01 34 35 18 71.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra