Classique / Opéra - Gros Plan

Quatre cheffes, quatre découvertes avec Marzena Diakun, Johanna Malangré, Maria Badstue, Elena Schwarz



ECLAIRAGE / ORCHESTRES FRANÇAIS EN REGIONS : METZ, AMIENS, NICE, LILLE

Orchestre national de Metz et la cheffe d’orchestre Marzena Diakun

Marzena Diakun a fait du chemin, depuis que, jeune cheffe assistante à l’Orchestre philharmonique de Radio France, le public parisien l’a découverte remplaçant Mikko Franck au pied levé. Le geste sûr, les idées claires, la cheffe polonaise a su imposer son désir d’élargir le répertoire, comme en témoigne un récent enregistrement avec l’Orchestre Pasdeloup (label Anaklasis) consacré à quatre de ses compatriotes, les compositrices Grazyna Bacewicz, Elzbieta Sikora, Hanna Kulenty et Agata Zubel,. Invitée de nombreux orchestres en France, Marzena Diakun est directrice artistique de l’Orchestre de la Communauté de Madrid, où elle aborde aussi bien Brahms et Bruckner que Rautavaara et Penderecki. À la tête de l’Orchestre national de Metz Grand Est, elle réunit des concertos de Haydn et Mozart (avec le violoniste Théotime Langlois de Swarte), Beethoven (8e Symphonie) et Salieri (ouverture des Danaïdes) et fait redécouvrir la Sinfonietta du Mosellan Théodore Gouvy (1819-1898), une pépite romantique injustement oubliée.

 

Arsenal, 3 avenue Ney, 57000 Metz. Vendredi 14 octobre à 20h, puis tournée à Mancieulles (15 octobre), Reims (21 octobre), Épinal (22 octobre) et Hombourg-Haut (23 octobre), où sera donnée l’œuvre de Gouvy). Tél. : 03 87 74 16 16.

 

Johanna Malangré dirige l’Orchestre de Picardie

Johanna Malangré est la toute nouvelle directrice musicale de l’Orchestre de Picardie. Elle succède à Arie van Beek, qui y a mené un travail unanimement salué. Avec cette phalange labellisée « orchestre national en région » depuis 2018, la jeune cheffe allemande poursuivra une mission de diffusion et d’éducation artistique à travers le territoire régional. Elle pose aussi d’emblée ses marques, avec une programmation curieuse, intelligente et ouverte, où les époques se mêlent, du baroque au contemporain, au gré de thématiques empruntant au langage universel de la nature. Ainsi, en décembre, les trois pièces rassemblées évoquent des paysages apaisés et traversés du souffle du vent et de la mer : Secret Forest (2008) du Japonais Dai Fujikura, les Wesendonck Lieder de Wagner avec la mezzo Anna Harvey et la Symphonie « écossaise » de Mendelssohn.

Maison de la Culture, 2 Place Léon Gontier, 80000 Amiens. Jeudi 15 décembre à 20h30 (tournée en région Hauts-de-France du 9 au 17 décembre). Tél. : 03 22 92 15 84.

 

Maria Badstue et Orchestre philharmonique de Nice

Pour sa première apparition sur une scène française, la Danoise Maria Badstue (née en 1982) s’est choisi un programme haut en couleurs. Invitée de l’Orchestre philharmonique de Nice, elle ouvre le concert avec le mouvement perpétuel de l’ouverture de Maskarade de Nielsen, caractéristique du style orchestral du compositeur, et le referme avec Le Sacre du printemps de Stravinsky. Entre ces deux pages pleines de couleurs et d’énergie, la création d’un nouveau Concerto pour flûte du Franco-Iranien Alireza Farhang (né en 1976), qui travaille depuis plusieurs années dans les studios du CIRM, le centre national de création musicale de Nice. Il devrait être là encore question de couleurs, le compositeur n’hésitant pas à mêler les influences sonores (l’orchestre occidental et les instruments chinois, par exemple, dans Esquisse d’un printemps perdu). L’orchestre et la jeune cheffe pourront s’appuyer sur l’expertise du soliste Mario Caroli, qui a largement contribué à développer le répertoire pour flûte.

Opéra Nice Côte d’Azur, 4-6 rue Saint François de Paule, 06000 Nice. Samedi 19 novembre à 17h30. Tél. : 04 92 17 40 79.

 

Elena Schwarz et Orchestre national de Lille

 

En 2017, Elena Schwarz a succédé à Marzena Diakun comme cheffe assistante à l’Orchestre philharmonique de Radio France ; elle occupera les mêmes fonctions l’année suivante à Los Angeles auprès de Gustavo Dudamel. Née à Lugano en 1985, elle a étudié à la Haute École de Musique de Genève puis au conservatoire de sa ville natale, où s’est développé son goût pour la création contemporaine. Peter Eötvös, qui fut l’un de ses mentors comme chef d’orchestre, lui a confié en janvier dernier la création de son concerto pour saxophone Focus, où l’orchestre tisse un arrière-plan très changeant (et volontiers bartokien) sur lequel s’appuie le discours du soliste Marcus Weiss. Pour la première française, avec l’Orchestre national de Lille, co-commanditaire de l’œuvre, Elena Schwarz insère le concerto au sein d’un programme en miroir, avec la Symphonie « Jupiter » de Mozart et… Dialog mit Mozart (da capo pour orchestre) d’Eötvös.

 

Jean-Guillaume Lebrun

Auditorium du Nouveau Siècle, 3 Place Pierre Mendès-France, 59800 Lille. Jeudi 24 novembre à 20h. Tél. : 03 20 12 82 40.

 

A propos de l'événement


Quatre cheffes, quatre découvertes
du vendredi 14 octobre 2022 au jeudi 15 décembre 2022


A lire aussi sur La Terrasse

  • - Critique

Phia Ménard donne un coup de jeune à l’opéra de chambre de Philip Glass

À l’invitation de la Co[opéra]tive, Phia [...]

  • - Agenda

Le prodigieux sitariste Nishat Khan en concert

Le prodigieux sitariste nous convie dans son [...]

  • - Critique

New Creation, une traversée fascinante par Bruno Beltrão

On connait la déferlante Beltrão et son hip [...]