Avignon - Entretien / Philippe Lanton

Philippe Lanton met en scène Ploutos, l’argent dieu adapté d’après Aristophane par Olivier Cruveiller : un spectacle pour faire penser



Avignon Off / Présence Pasteur

Pourquoi ce texte ?

Philippe Lanton : Tout est parti d’une proposition d’Olivier Cruveiller qui a adapté le texte. J’ai tout de suite accepté d’en faire la mise en scène. Ce qu’Aristophane raconte sur la nature humaine, sur le rapport au pouvoir et à la richesse, 2500 ans avant notre époque, ressemble en tous points à aujourd’hui.

« L’argent possède les gens. C’est lui qui nous aveugle ! »

Que raconte la pièce ?

P.L. : Dans la première partie, des laboureurs vont demander de l’aide à l’oracle d’Apollon, parce qu’ils ne s’en sortent plus. Et l’oracle leur dit : « en sortant du temple, suivez la première personne que vous verrez ». Les laboureurs se retrouvent face à un clochard aveugle, qui s’avère être Ploutos, dieu de la richesse. Il leur explique que Zeus s’est senti menacé et l’a rendu aveugle parce qu’il voulait moraliser la vie publique des hommes. Surgit alors la Pauvreté qui entreprend un débat passionnant avec Chrémyle. « Si je n’étais pas là, dit-elle, les choses iraient encore plus mal ». Dans la deuxième partie, Ploutos a recouvré la vue et peut ainsi mieux répartir les richesses. Troisième partie : alors que tout se passe bien, et que nos laboureurs ont acquis enfin un statut social décent, voilà qu’arrivent d’anciens riches qui viennent se plaindre. Le sycophante est désœuvré, la vieille femme abandonnée par son gigolo est désespérée. Les dieux eux-mêmes n’ont plus de quoi se nourrir. Comment s’en sortir alors ? Par la solidarité, le revenu universel ?

Quel est l’intérêt de ce texte ?

P.L. : Aristophane donne à penser : on rit, certes – c’est bel et bien une comédie – mais, en même temps, il y a des choses qui nous bouleversent. Les spectateurs sont sidérés de voir que 2500 ans après, rien n’est réglé. Comment se sortir de ce cercle infernal ? Comment comprendre que les laboureurs, devenus bourgeois, n’entendent plus les problèmes des autres ? Quand on est pauvre, on ne veut pas l’être, et quand on est riche, on ne voit plus rien. L’argent possède les gens. C’est lui qui nous aveugle ! Tout cela est raconté de manière drôle et insolente ; Aristophane n’est jamais dans le jugement. Et notre grande victoire, c’est qu’à la fin du spectacle, les gens sont heureux de parler de toute cela, dans une sorte de rencontre citoyenne. Que ce spectacle fasse penser et qu’il y ait du plaisir autour de cela, voilà l’intérêt !

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement


Ploutos, l’argent dieu
du jeudi 7 juillet 2022 au vendredi 29 juillet 2022

13, rue du Pont Trouca 84000 Avignon

à 16h10. Relâche les 12 et 19 juillet. Tél. : 04 32 74 18 54. Durée : 1h30.