Théâtre - Tribune

Ne condamnons pas les théâtres !



Tribune

Après le confinement instauré du 17 mars au 11 mai 2020, nous étions tous anxieux quant à la reprise du secteur de la culture. Or, malgré le contexte, ce fut une belle rentrée, patiemment mise en œuvre : il ne faut  sous-estimer ni les artistes ni les équipes des théâtres ! Les protocoles sanitaires furent strictement mis en place, et le public, heureux de goûter à nouveau les bonheurs de la création artistique, fut au rendez-vous. Nous-mêmes avons été très touchés de recevoir de nombreux appels de compagnies, lieux mais aussi spectateurs nous faisant part de leur désir intact d’une saison culturelle à partager. Tel le petit mot d’un octogénaire enthousiaste se réjouissant de retourner enfin au théâtre !

Instauré de 21h à 6h en Ile-de-France et dans les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne, à compter de vendredi 17 octobre à minuit pour une durée envisagée de six semaines, le couvre-feu annoncé par Emmanuel Macron est un coup très dur porté au secteur culturel. S’il est évident que la situation sanitaire exige de réduire les contacts et interactions sociales, l’horaire de 21h impose aux salles de spectacles des contraintes drastiques, alors même qu’aucun cluster n’y a été déclaré, et que les spectateurs y demeurent masqués, immobiles et silencieux.

Des contraintes drastiques 

Alors que faire ? Programmer les représentations à 19h est une solution, quand la durée du spectacle le permet, mais débuter le spectacle à 18h30 voire 18h est plus hasardeux, car cela impose aux spectateurs de quitter leur travail très tôt, surtout en Ile-de-France. Jouer plusieurs fois en matinées le week-end est une piste, quoiqu’insuffisante. Une fois encore, les équipes vont devoir s’adapter à ces nouvelles conditions éprouvantes qui vont fragiliser et sans doute laminer certains acteurs culturels. Le secteur tout entier est menacé par de telles restrictions.

Des aides sont promises, mais ce qui importe, c’est de continuer à travailler, à créer. Laurence de Magalhaes, codirectrice du Monfort, souligne : « Nous allons nous adapter en considérant chaque compagnie, chaque spectacle, et en changeant à nouveau les modalités d’accueil du public. Mais ce couvre-feu qui débute à 21h est très impactant, une heure de plus aurait permis un peu plus de latitude. On ne peut plus abandonner nos artistes et nos théâtres ! »

Un aménagement ? 

Bienvenue, une information du Monde précise que le gouvernement étudie un possible aménagement  : « Les séances (ou spectacles) auraient toujours l’obligation d’être terminés à 21 heures, mais les spectateurs auraient ensuite le temps de regagner leur domicile. » Un laps de temps qui est loin d’anodin, car il accorde davantage de marge de manœuvre aux équipes. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot « va relayer cette demande très forte et convergente du secteur. » A suivre…

Alors que les structures culturelles ont entamé un travail d’adaptation complexe, nous continuons quant à nous à vous informer sur l’actualité des arts vivants en France. Notre prochain numéro sortira en version papier et web le 4 novembre 2020. Respectons tous ensemble les gestes barrières…  Take care et bons spectacles !

A propos de l'événement


Ne condamnons pas les théâtres !


A lire aussi sur La Terrasse

  • Théâtre - Critique

Ne pas finir comme Roméo et Juliette de Samuel Hercule et Métilde Weyergans

Mélancolique, poétique, politique… Pour leur [...]

  • Théâtre - Entretien

Catarina ou la beauté de tuer des fascistes et Chœur des amants de Tiago Rodrigues

En programmant en même temps sa nouvelle [...]

  • Théâtre - Tribune

Ne condamnons pas les théâtres !

Couvre-feu dès 21h en Ile-de-France et dans [...]