sur LA TERRASSE : Théâtre - Critique

Tartuffe

Jouer, transmettre, répéter, tel est l’acte de foi civique et politique que s’est donné Gwenaël Morin pour l’année 2009 aux Laboratoires d’Aubervilliers. Après Lorenzaccio, c’est à Tartuffe que s’attaque le Théâtre permanent. Pour relancer la fiction.