sur LA TERRASSE : Théâtre - Critique

Oblomov

Après Quartier lointain, présenté au Monfort en 2011, Dorian Rossel propose une mise en scène inventive et chorale d’Oblomov, figure du renoncement aboulique et nostalgique. Sans le réduire à un état mais plutôt en déployant l’énigme de son questionnement.