sur LA TERRASSE : Théâtre - Entretien

Je m’appelle Ismaël, par Lazare

Après Sombre rivière (2017), où il conjurait en musique et en poésie la violence des attentats de 2015, Lazare poursuit sa réflexion sur la brutalité du monde. Autour de la figure d’un poète errant, il dit son refus d’un monde homogénéisé. Fermé à l’Autre.