sur LA TERRASSE : Théâtre - Critique

Ida ou le délire

Anaïs de Courson emplit la petite salle voûtée de la Maison de la Poésie des mots d’Hélène Bessette. La vie et la mort d’une employée de maison se déploient devant nous. Ça roule, ça fuse, ça claque, ça tinte, et c’est très beau.