sur LA TERRASSE : Théâtre - Entretien

Gian Manuel Rau

Le Pélican : le feu amer de la vengeance

« L'effrayant Strindberg. Cette fureur, ces pages arrachées à la force du poing » écrivait Franz Kafka, dans son Journal… Dans Le Pélican, écrit en 1907, le dramaturge suédois (1849-1912) griffe sans pitié le portrait d’une famille dévorée par ses batailles domestiques. Enième épisode du « combat des cerveaux » entre l’homme et la femme, ce drame montre comment un père se venge de son épouse en révélant son visage hideux à ses enfants par une lettre posthume. Elevés sous le joug glacial de leur mère avaricieuse, la faim et la peur au ventre, Fredrik et Gerda ourdissent alliances et vengeances, pour se libérer et mettre le feu aux apparences bourgeoises, tandis que le gendre tente de manipuler les ficelles de la maisonnée. Gian Manuel Rau, jeune metteur en scène suisse alémanique, a réuni de remarquables acteurs et manigance ce jeu destructeur, acerbe, où les cœurs, roidis à force d’être étouffés, finissent par se briser sur le tranchant de la réalité.